Pharmacie vétérinaire : cinq groupements agréés rappelés à l’ordre

Michaella Igoho-Moradel | 21.01.2021 à 10:00:00 |
Courrier
© vitranc

Ces groupements de défense sanitaire ne détenaient pas eux-mêmes leurs médicaments mais les faisaient détenir et délivrer par des vétérinaires libéraux.

Le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires (CNOV) a relayé sur son site internet des cas de fonctionnement illégal de cinq groupements agréés pharmacie vétérinaire, en l'espèce cinq groupements de défense sanitaire, en ce qu'ils ne détenaient pas eux-mêmes leurs médicaments mais les faisaient détenir et délivrer par des vétérinaires libéraux.  

Dans un courrier daté du 5 avril 2019, le Directeur général de l'alimentation demandait à ses services de veiller à leur mise en conformité avec le droit concernant trois points :

·       La réalisation en propre de l'ensemble des opérations pharmaceutiques par le groupement agréé ;

·       L'établissement d'une convention avec un pharmacien ou un vétérinaire personnellement responsable de contrôler que le groupement acquiert, détient et délivre les médicaments en conformité avec le Code de la santé publique, tel que prévu par l'article L 5143-7 ;

·       L'établissement des conventions individuelles avec autant de vétérinaires praticiens que nécessaire pour le suivi du PSE dans les élevages adhérents. Une demande préfectorale d'analyse juridique détaillée, visant à étayer la mise en conformité de ces groupements avec le droit, a fait l'objet d'une saisine du Service des Affaires juridique du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Le CNOV précise que les conclusions du Service des Affaires juridiques Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation viennent de faire l'objet d'un courrier aux Préfets et aux cinq groupements concernés. Elles sont conformes à la première analyse :

« Dans ces conditions, la délégation à un tiers, par le vétérinaire responsable du groupement, de l'acquisition, du stockage et de la délivrance des médicaments n'est pas conforme aux dispositions précitées, dont l'objectif, confirmé par les travaux parlementaires ayant conduit à leur adoption, est de garantir la maîtrise, par le groupement, via le vétérinaire responsable, des conditions de détention et de délivrance des médicaments dans le cadre strict du plan sanitaire d'élevage. »

« L'analyse précise que, outre les sanctions pénales auxquelles s'exposent le groupement et son représentant, l'agrément pharmacie doit être suspendu ou retiré en cas d'absence de remise en conformité suite à une mise en demeure par le Préfet de région de mettre fin aux conventions par lesquelles le vétérinaire ou le pharmacien responsable a délégué une partie de ses missions à d'autres vétérinaires » ajoute le CNOV.

 

Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK