Peste porcine africaine : une détection à moins de 5km de la France

Tanit Halfon | 11.01.2019 à 11:43:24 |
PPA Belgique
© Plateforme ESA

La maladie a été détectée sur deux sangliers entre les communes belges Meix-devant-Virton et Sommethonne, au sein de la zone d'observation renforcée située au sud de la zone tampon.

Pour la première fois, deux nouveaux cas de peste porcine africaine (PPA) ont été signalés au-delà des clôtures installées entre la zone tampon et la zone d’observation renforcée (ZOR ou zone I sud). Ils se situent entre Meix-devant-Virton et Sommethonne, deux communes situées au sein de la ZOR.

Suite à cette découverte, les autorités sanitaires belges ont décidé d’étendre la zone tampon sur une partie de la zone d’observation renforcée, au sud-ouest. Aussi, les mesures de lutte vont-elles être adaptées. De plus, une clôture supplémentaire sera installée à l’axe Pin-Orval-Limes-Gérouville-Sommethonne-Villers-la-Loue.

Pour rappel, les autorités sanitaires belges avaient dès le 23 novembre agrandi leur zone réglementée. A la zone infectée de 63 000 hectares s’était ajoutée une zone dite de vigilance de 28 000 hectares situées au nord de celle-ci. Ainsi, la zone réglementée belge est-elle depuis divisée en :

- une zone II correspondant aux zones noyau et tampon (zone infectée) ;

- une zone I tout autour de la zone II, avec une zone I sud ou zone d’observation renforcée accolée aux frontières française et luxembourgeoise (21 101 hectares, appartenant à l’ancienne zone infectée), et une zone I nord ou zone de vigilance.

Des mesures spécifiques de lutte sont en vigueur dans chaque zone :

- zone noyau : interdiction de chasse, de nourrissage, de circulation et d'exploitation de la forêt ; recherche active de carcasses de sangliers ;

- zone tampon : mesures identiques à la zone noyaux excepté que l’exploitation forestière n’est autorisée que sous conditions pour les professionnels. De plus, des clôtures sont installées ;

- zone I sud :  interdiction de nourrissage ; recherche active de carcasses de sangliers ; interdiction de tous les modes de chasse pour les sangliers et les autres gibiers à l'exception de la chasse à l'affût, à l'approche et des battues silencieuses ; signalement obligatoire de tout sanglier mort ; obligation pour les titulaires de droit de chasse d'organiser la destruction des sangliers sur leur territoire ; obligation d'avoir suivi une formation aux règles de biosécurité pour chasser et détruire ; extraction des sangliers chassés par les professionnels ; analyse des sangliers tirés sur base d'échantillonnage ; circulation et exploitation forestière autorisée en journée uniquement.

- zone I nord : obligation de supprimer la totalité des sangliers de la zone ; pas de restriction de circulation, de travaux forestiers et de chasse pour les gibiers autres que le sanglier ; pas de mesures particulières de biosécurité à appliquer.

Selon Pascal François, le bourgmestre de Meix interrogé par la RTBF, quatre sangliers qui côtoyaient les deux sangliers abattus et contrôlés positifs pour la PPA ont réussi à prendre la fuite en direction de la frontière française. 

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK