Pays-Bas : une campagne de sensibilisation au commerce illégal de chiots - Le Point Vétérinaire.fr

Pays-Bas : une campagne de sensibilisation au commerce illégal de chiots

Bénédicte Iturria | 10.03.2021 à 00:00:00 |
© House of Animals

Un faux site, accessible depuis une bannière publicitaire sur l’équivalent néerlandais du site le Bon coin, promet aux futurs adoptants de chiots de leur trouver la perle rare. Une fois que l’adoptant a rempli un formulaire, la supercherie est révélée pour montrer à quel point il est facile de se laisser berner par les annonces en ligne.

Mi-février, les néerlandais ont pu découvrir sur Marktplaats, le plus grand site néerlandais de petites annonces, une publicité pour Puppy Express. Cette société propose un panel de chiots de races, livrés directement à domicile après que le futur propriétaire ait choisi en ligne le compagnon de ses rêves. Une offre très alléchante en cette période où de nombreuses personnes cherchent à acquérir un animal pour rendre le confinement plus doux. Sur la page d’accueil du site, différentes races de chiens sont présentées avec le message « toutes ces beautés recherchent un foyer pour la vie ! Choisissez simplement votre race préférée et envoyez-nous un message via le formulaire de contact. Nous mettrons immédiatement tout en œuvre pour que vous puissiez recevoir votre chiot à la maison dès que possible ! Tous les chiots ont grandi dans une atmosphère chaleureuse avec leur maman. Ils ont entre 8 et 15 semaines et sont prêts pour un nouveau foyer. Les vaccinations sont en règle et ils sont identifiés par puce électronique et vermifugés par nos soins. Tous les chiots ont également un passeport européen. Pas satisfait ? Vous êtes remboursé, demandez nos conditions ».

15 000 acheteurs potentiels ont mordu à l’hameçon

3 jours seulement après son lancement, plus de 15000 acheteurs potentiels ont visité le site Puppy Express, certains ont cliqué sur la photo de leur race de chien préféré et rempli le formulaire d’information. Mais, à défaut de contrat de vente, les futurs adoptants ont reçu un mail de l’association de protection animale House of Animals qui lutte activement contre le commerce illégal de chiots venus des pays de l’Est. Sur le mail, on peut lire : « Cher intéressé, vous avez manifesté de l'intérêt pour la gamme chiot de Puppyexpress.nl et vous espériez probablement que nous vous apporterions un chiot sympa avec notre boutique ambulante la semaine prochaine. Cependant, nous devons vous décevoir et nous excuser pour les faux espoirs que nous avons pu créer. PuppyExpress n'existe pas. C’est une expérience réalisée par l'organisation de défense des animaux House of Animals pour montrer à quel point il est facile d'acheter un chiot issu du commerce illégal sur la plateforme en ligne Marktplaats sans le savoir et avec de bonnes intentions. Ces chiens sont élevés dans des conditions terribles dans des usines à chiots. Les chiennes reproductrices ne voient jamais la lumière du jour, ne reçoivent aucune attention ni amour et aucun soin vétérinaire. Les chiots sont enlevés à leur mère beaucoup trop tôt et arrivent dans notre pays gravement malades et traumatisés. De nombreux chiots développent des problèmes de comportement sévères en raison du stress dès le début de leur vie. Il arrive souvent aussi que les chiots soient si malades qu'ils meurent après quelques semaines chez leur nouveau propriétaire. Cela entraîne une grande tristesse et des frais vétérinaires souvent exorbitants. En plus de la terrible souffrance animale, il y a également un risque énorme pour la santé publique. Les chiens ne sont généralement pas (ou pas complètement) vaccinés, entre autres, contre la rage, maladie hautement contagieuse et mortelle pour les humains. Nous avons découvert que des passeports étaient falsifiés dans de nombreux cas. Ces marchands de chiots peu scrupuleux savent très bien tromper les acheteurs et font tout pour s'assurer que les chiots semblent avoir été élevés dans un environnement familial. Ainsi, de nombreux néerlandais pensent avoir à faire à un bon élevage et la plupart des acheteurs ne découvrent avoir acheté un chiot issu du commerce illégal qu’au moment où le chien tombe malade ou commence à avoir des problèmes de comportement. Le site Marktplaats facilite ce commerce et, malgré de multiples signalements et rapports des organisations de défense des animaux depuis des années, n'intervient toujours pas. Les commerçants sont des escrocs et Marktplaats ferme les yeux. Nous espérons que vous soutiendrez notre campagne d’information malgré votre déception ».

Faire ouvrir les yeux sur les annonces en ligne

Le site Puppy Express et les annonces publicitaires ont été créés de toutes pièces par House of Animals pour attirer l'attention de la population sur le commerce illégal de chiots, favorisé par les sites de petites annonces en ligne. Cette initiative a reçu de nombreuses réactions très positives des internautes et des éleveurs néerlandais consciencieux. Les médias ont relayé cette action et des députés ont depuis souhaité s’entretenir avec House of Animals sur ce sujet. Puppy Express signe le début de la campagne de sensibilisation #MerciMarktplaats. La prochaine étape consistera à placer des panneaux d'affichage le long des autoroutes avec des photos montrant la provenance des animaux et la dure réalité des fermes à chiots en Europe de l’Est, plus particulièrement en Hongrie où l’association a mené de nombreuses enquêtes. #MerciMarktplaats est soutenu par l'association vétérinaire Caring Vets dont l’un des membres, Servé Smeets, a déclaré : « cette action est nécessaire pour réveiller les politiciens, les citoyens et les autorités. En raison de la crise du Covid-19, la demande de chiots a fortement augmenté et les vendeurs escrocs ne se sont pas gênés. Les vétérinaires l'ont souvent signalé à l'Autorité néerlandaise de sécurité des produits alimentaires et de consommation (NVWA). Mais rien n’a été fait. Même si il est prouvé que les chiens n'ont pas été vaccinés contre le virus de la rage ».

Bénédicte Iturria
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application