Patrons de TPE : cible difficile pour les candidats à la présidentielle

Clarisse Burger | 06.03.2017 à 18:11:26 |
Très petite entreprise vétérinaire
© DR

Réinvités par la confédération des PME, les candidats à la présidentielle ont du ce lundi, convaincre les dirigeants de petites et moyennes entreprises.

« L’élection présidentielle est une bonne occasion de donner des perspectives, nous allons essayer de rester pragmatiques sur des questions de terrain, nous aimerions que tous ces éléments humains soient le cœur et l’élan de ceux qui vont s’exprimer devant la confédération des petites et moyennes entreprises (CPME ex-CGPME) » expliquait François Asselin, président de l’organisation patronale CPME, le 11 janvier dernier, lors d’un premier débat avec les candidats à la primaire du PS.

A sept semaines du premier tour, la CPME invite à nouveau les candidats à s’exprimer sur les questions économiques, sociales et environnementales des patrons des petites et moyennes entreprises. Simplification administrative des entreprises, allègement ou exonération des charges, fiscalité réduite ou supprimée dans certains cas, etc. Bref, plusieurs candidats à la présidentielle insistent sur la relance de l’activité économique du pays et le soutien nécessaire aux petites et moyennes entreprises. Parmi les candidats invités et présents, se sont exprimés :

-François Fillon qui vient d’annoncer maintenir sa candidature, dit vouloir alléger le poids fiscal et social supporté par les PME et entre autres, baisser l’impôt sur les sociétés en 2018, et supprimer l’ISF dès 2018 : « Il faut passer à la vitesse supérieure pour la croissance et l’emploi, libérer le travail vraiment, il n’y a pas de progrès sans innover, avec 6 millions de personnes qui pointent à l’emploi, on a besoin de vous, on n’a pas d’autres choix que de réinventer, les entrepreneurs, les chercheurs les artisans, les praticiens, libérer les capacités des PME, un contrat de la liberté, de la confiance, orienter 50 milliards d’euros vers le capital des PME, multiplier les fonds d’amorçage… »

-Emmanuel Macron prône une simplification du droit du travail, un allègement pérenne des charges fiscales et sociales pour les entreprises, et donne du poids aux accords d’entreprise, etc.. : « Je poursuivrais une politique d’éradication des pratiques de discriminations salariales ou à l’embauche, avoir le bon environnement macro-économique, ...gagner la bataille pour l’emploi à travers le fiscal et le social. La France doit retrouver sa crédibilité sur le plan européen, relancer le couple franco-allemand avec un new-deal franco-allemand avec une relance de la croissance européenne, avec six réformes que je propose (NDLR dont la règle des 3%, un plan d’investissements) »

-Marine Le Pen qui veut sortir de l’euro, prône notamment la richesse économique des TPE, le lien social qu’elles assurent et la baisse des charges et de l’imposition sur les sociétés. « Il faut accorder une priorité aux TPE dans toutes les politiques publiques qui les ont oubliées, rompre avec l’égalité entre les entreprises du CAC 40 et les PME qui ne doivent pas être traitées de la même manière. Les TPE ont besoin d’avoir une sécurité et une visibilité fiscale…il va falloir changer toutes ces choses…»

Clarisse Burger
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK