« Pas de paracétamol sans prescription pour les animaux » rappelle l’ANMV - Le Point Vétérinaire.fr

« Pas de paracétamol sans prescription pour les animaux » rappelle l’ANMV

Michaella Igoho-Moradel

| 23.02.2023 à 16:22:00 |
© Istock - sommart

Dans un récent communiqué publié sur son site internet, l’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV) sensibilise au risque d’intoxication chez les animaux lié à l’administration de médicaments destinés aux humains. Le premier facteur de risque est le surdosage.

L’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV) rappelle que les médicaments destinés aux humains ne sont généralement pas adaptés aux animaux de compagnie, notamment en raison du poids de ces derniers. « Mais même en ajustant la dose de médicament à la taille de l’animal, le risque d’intoxication existe toujours. En effet, les animaux n’ont pas le même métabolisme que nous et peuvent avoir des difficultés à éliminer certains médicaments. »

Les antidouleurs à base de paracétamol sont en tête des médicaments à l’origine d’intoxications chez les animaux, suivis par les anti-inflammatoires, comme l’ibuprofène ou l’aspirine. Des cas d’intoxication ont également été signalés avec des anxiolytiques et des antidépresseurs. « Les animaux ont rarement besoin de supplément en vitamine D, leur donner un médicament en contenant sans avis médical peut conduire à un surdosage de cette vitamine » poursuit l’agence.

La prescription vétérinaire indispensable

L’ANMV insiste sur l’importance d’obtenir l’avis d’un vétérinaire avant tout usage de médicaments destinés aux êtres humains, chez son animal. « Dans ce cas, il faut impérativement suivre la dose et la fréquence recommandée, afin d’éviter les intoxications. Ceci est d’autant plus important que les effets secondaires peuvent être variables en fonction de l’espèce, mais également de la race, de l’âge ou des maladies de l’animal. Par exemple, les médicaments à base de lopéramide sont parfois donnés aux chiens en cas de diarrhées mais ils peuvent provoquer des troubles digestifs et neurologiques chez les colleys et les races apparentées, du fait d’une mutation génétique dont ces chiens peuvent être porteurs. » En cas d’administration par erreur d’un médicament à usage humain à un animal ou d’ingestion accidentelle, il est conseillé de contacter rapidement un vétérinaire ou un centre antipoison vétérinaire pour connaitre la conduite à tenir..

Retrouvez ici le communiqué de l’agence ainsi que la marche à suivre pour déclarer un effet indésirable suite à l’administration d’un médicament humain ou vétérinaire.

Michaella Igoho-Moradel

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application