Participez à la recherche sur la dysplasie de la hanche - Le Point Vétérinaire.fr

Participez à la recherche sur la dysplasie de la hanche

Valentine Chamard

| 23.01.2024 à 10:28:00 |
© KREM-iStock

L’équipe « Génétique du chien » (CNRS de Rennes) a besoin de tissus et/ou de sang de chiens atteints ou non de dysplasie coxo-fémorale pour faire avancer la recherche sur cette entité.

L’équipe “Génétique du chien” (CNRS-Université de Rennes) poursuit ses recherches sur les bases génétiques de la dysplasie coxo-fémorale (DCF) chez le chien. « Ce travail offre un double intérêt, en médecine vétérinaire et en médecine humaine. A terme, l’objectif est de développer un test génétique de risque chez le chien pour dépister les individus prédisposés. De plus, les connaissances acquises chez le chien pourront être transposées à l'étude de la dysplasie développementale de la hanche chez l’homme », explique l’équipe du Centre de Ressources Biologiques Cani-DNA. Depuis 2008, une collaboration motivée par la réforme précoce de chiens guides présentant une DCF a été mise en place entre l’équipe “Génétique du chien” et l'Association Les Chiens Guides d’Aveugles de l’Ouest (ACGAO), avec le soutien financier de la fondation Visio pour l’aide aux enfants et aux adultes déficients visuels.

Comment participer

Les vétérinaires chirurgiens orthopédistes sont ainsi invités à participer à ces recherches, en envoyant des tissus prélevés lors de chirurgie de la hanche (fracture, luxation, pose de prothèse, exérèse tête-col, etc.) tels que liquide synovial (avant ouverture de la capsule) par ponction articulaire, cartilage de la tête fémorale, ligament rond et/ou membrane synoviale*. Les équipes ont également besoin d’échantillons de sang (2 à 4 ml sur tube EDTA), associés ou non aux prélèvements de tissus, que tout praticien peut donc envoyer, ainsi que le document questionnaire clinique complété avec le consentement du propriétaire, la copie des résultats de la radiographie (compte-rendu de lecture et/ou clichés radiographiques) et la copie du pedigree si le chien est LOF. Les chiens concernés par l’étude sont les races de chiens guides (retriever du labrador, golden retriever), le bouvier bernois, le dogue de Bordeaux, le cane corso. Sont concernés les chiens à phénotypes extrêmes : nomenclature A (sains) ou D ou E selon la nomenclature FCI (Fédération Cynologique Internationale) lors d’un dépistage officiel. Le sexe et l’âge sont indifférents dans tous les cas.

Les prélèvements et documents sont à envoyer au Centre de Ressources Biologiques Cani-DNA de Rennes. Le nécessaire de prélèvement, le protocole détaillé ainsi qu'une enveloppe retour pré-affranchie sont fournis sur demande par mail à l’adresse cani-dna@univ-rennes.fr. Plus d’informations ici.

* à immerger dans une solution de "RNA later" (fournie au préalable)

Valentine Chamard

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application