Oxyde de zinc, c’est ni oui, ni non pour l’Anses

31.03.2013 à 06:00:00 |
©

Finalement, il revient au ministère de l’Agriculture de choisir entre le risque d’émergence de résistances à la colistine et le risque environnemental de l’oxyde de zinc.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), saisie par la Direction générale de l’alimentation (DGAL) en mars 2012 sur l’utilisation de l’oxyde de zinc pour prévenir et traiter les diarrhées des porcelets en postsevrage comme une alternative aux antibiotiques, n’a en effet pas tranché entre ces deux risques de nature fort différente. L’agence vient de rendre son avis. Selon elle, « l’efficacité de l’oxyde de zinc en prévention des diarrhées est démontrée à 3100 ppm sur 14 jours ». Mais ce temps ne peut être validé comme la durée optimale de traitement, car aucun essai n’a concerné des périodes comprises entre 7 ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK