Ouverture d’un master international One Health à VetAgro Sup

Céline Gaillard-Lardy

| 10.03.2022 à 17:19:00 |
© Cecilie_Arcurs/iStock

Un master international, intégré au master 2 de la mention « Santé Publique » de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et co-habilité par VetAgro Sup sera proposé dès septembre 2022 aux étudiants et professionnels concernés.

VetAgro Sup, en collaboration avec la Chaire de  industrielle en santé publique et l’université Claude Bernard de Lyon 1, propose dès septembre 2022 un master international consacré au One Health. Entièrement dispensée en anglais, cette formation intitulé « One Health : Managing Health of population » « vise l’acquisition de compétences transdisciplinaires (notamment en épidémiologie, biostatistiques, socio-économie, règlementations internationales, biodiversité et santé), pour anticiper, prévenir et gérer les crises sanitaires » selon le communiqué de presse:Ce master se déroulera sur une durée de 1 an, comprenant 4 mois de formation, sous la responsabilité de Thibaud Porphyre, Sylvie Mialet et Florence Ayral, suivis de 4 à ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.

Céline Gaillard-Lardy

1 commentaire
avatar
Ruffin Mpanga, Vétérinaire le 11-03-2022 à 22:36:51
C’est à la fois un concept, une stratégie et un objectif. « One Health » (une santé) s’est progressivement imposé en sciences du vivant, en médecine vétérinaire et en sciences biomédicales. Il domine à présent la communication d’organisations internationales de santé publique comme l’Organisation mondiale de la santé animale, la Food and Agriculture Organization (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’Organisation mondiale de la Santé et les Centers for Disease Control and Prevention (centres pour le contrôle et la prévention des maladies). Mais le concept « One Health » reste peu connu du grand public et rarement intégré dans les prises de décision des gouvernements. Alors même que, représentant un véritable changement de paradigme, il pourrait nous aider à mieux appréhender, anticiper et gérer l’irruption de nouvelles pandémies.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application