Ostéopathie animale : des dérapages inquiétants

25.01.2013 à 06:00:00 |
©

Le dossier de l’ostéopathie animale est en train de négocier un virage périlleux. Pour l’animal, pour le client, mais aussi pour la profession vétérinaire, toutes espèces confondues.

L’ordonnance du 22 juillet 2011 entérine une nouvelle catégorie d’acteurs : les personnes réalisant des actes d’ostéopathie dès lors qu’elles justifient de compétences qui devront être définies par décret. Mais ce texte patine, voire s’enlise. Les confrères qui se consacrent à cette discipline sont donc inquiets, estimant que la profession vétérinaire a « trop lâché » sous la pression du ministère de l’Agriculture. L’ouverture à des non-vétérinaires d’une thérapeutique qui, comme tout acte médical, nécessite d’abord d’établir un diagnostic, les préoccupe. Aujourd’hui, ils déplorent également de voir fleurir les formations en ostéopathie, sans contrôle ni encadrement. Un encadrement pourtant nécessaireDéfinir la ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK