Opposition à un contrôle fiscal : ça peut coûter extrêmement cher !

Jacques Nadel

| 02.05.2022 à 11:38:00 |
© designer491/iStockphoto

Le montant global des sanctions prononcées ne peut, en vertu du principe de proportionnalité, dépasser le montant le plus élevé de l’une des sanctions encourues.

Selon l’article 1732, al. 2 du Code général des impôts (CGI), en cas d’opposition à un contrôle fiscal, les droits rappelés sont majorés de 100 %. En effet, lorsque l’administration a été mise dans l’impossibilité d’exercer son contrôle, par suite d’une opposition individuelle ou collective, elle évalue d’office les bases de l’imposition. La mise en œuvre de cette procédure d’évaluation d’office entraîne, en outre, l’application d’une majoration de 100% aux droits rappelés.Saisi d’une question prioritaire de constitutionalité à l’encontre de cette disposition, le Conseil constitutionnel a jugé le 8 avril 2022 qu’elle ne méconnaît pas les principes de nécessité et de proportionnalité des peines, alors ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.

Jacques Nadel

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application