Opération nationale de lutte contre les mutilations d’animaux

Source : Ministère de l’intérieur | 21.12.2020 à 15:54:16 |
Cheval
© Kai-Hirai-Istock

Depuis début 2020, une recrudescence d’actes de cruauté commis sur des équidés est constatée sur l'Hexagone. Sous l’autorité des parquets, l’ensemble des investigations ont permis 4 arrestations comme l’indique un récent communiqué de la Direction générale de la gendarmerie nationale, ministère de l’intérieur.

Des mutilations profondes et différentes manières d’opérer singulières sont observées chez dés équidés depuis le début de l’année (oreille découpée, lacérations, prélèvements d’organes, atteintes aux organes génitaux...) rappelle le communiqué de presse du 18 décembre 2020 de la Direction générale de la gendarmerie nationale, ministère de l’intérieur. Pour lutter contre ce phénomène qui fait l’objet d’une effervescence médiatique importante et suscite l’inquiétude légitime des propriétaires de chevaux, la Gendarmerie Nationale a immédiatement mobilisé l’ensemble de ses unités et engagé des moyens conséquents pour faire face à ce phénomène, tant sur le volet de la prévention, du renseignement que des investigations judiciaires. ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Source : Ministère de l’intérieur
2 commentaires
avatar
le 21-12-2020 à 16:14:33
12 mois d emprisonnement avec sursis ? C est une plaisanterie ? Autant que s il avait détruit le barbecue et le portail du voisin. En parfaite contradiction avec les nouvelles lois qui considèrent l animal autrement qu un meuble....il aurait pris plus cher en détruisant un parc mètre ( bien public)!!!!
Docteur Edwige Berteil
Ordre no 9718
avatar
michele le 22-12-2020 à 11:37:45
12 mois avec sursis! autant dire.. rien.Ce n'est absolument pas dissuasif.On se gargarise d'une soit_disant action pour la souffrance animale ,mais le type qui torture un cheval ,il peut recommencer demain ,cela ne lui aura rien couté.
Comme d'habitude ,aucune empathie de la justice envers les animaux , attitude probablement soutenue par ce gouvernement .
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK