Nouveaux cas de maltraitance animale en abattoir : Didier Guillaume réagit immédiatement

Clothilde Barde | 05.11.2018 à 16:20:08 |
abattoir
© fotosuper - iStock

Face la vidéo choc diffusée par l’association L214 le 2 novembre dernier, le nouveau Ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Didier Guillaume, a ordonné la suspension immédiate de l’activité de l’établissement.

Alors que la Loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, qui renforce notamment les mesures de contrôle et de sanction en abattoir, vient d’être promulguée le 2 novembre dernier, de nouvelles images de maltraitance (abattoir multiespèces du Boischaut (Indre)) viennent d’être diffusées. 
Face à cette vidéo, Didier Guillaume, nouveau Ministre de l’agriculture et de l’alimentation, a réagit immédiatement en demandant au préfet de suspendre à titre conservatoire l’activité de l’établissement et en mandatant la Brigade nationale d’enquête vétérinaire pour diligenter une enquête administrative. Il a alors rappelé que « la lutte contre la maltraitance animale reste plus que jamais un sujet prioritaire du gouvernement ». Par ailleurs, il s’est félicité de « l’importance des nouvelles dispositions relatives à la protection animale » qui viennent d’être introduites dans loi ainsi que du renforcement du plan gouvernemental en faveur du bien-être animal.
Cependant, même si selon lui, « c’est aux responsables des établissements d’abattage de faire cesser de tels actes dans leurs entreprises », ces images témoignent de « la nécessité d’accélérer encore les travaux sur la formation des personnels et sur leur encadrement par des responsables de la protection animale ». 
Dans ce contexte, l’installation obligatoire de la vidéosurveillance au poste d’abattage, actuellement en cours d’expérimentation dans certains abattoirs, semble donc plus que jamais d'actualité.

Clothilde Barde
1 commentaire
avatar
patyhorse le 19-11-2018 à 20:41:19
combien de videos montrant de tels actes de barbarie faudra t il avant que l'Etat sévisse ? Un contrôle par video surveillance semble être une evidence...
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK