Ne pas faire impasse sur la biosécurité lors d'une autopsie en élevage porcin!

Tanit Halfon | 04.01.2018 à 16:14:39 |
cochon
© agnormark - iStock

Le groupe de suivi de la thématique Peste Porcine Africaine chez les Suidés domestiques a mis en ligne une fiche rappelant les principales mesures de biosécurité à prendre lors que l’on réalise une autopsie en élevage porcin.

La plateforme ESA a mis en ligne une fiche sur les mesures de biosécurité à prendre lors d’une autopsie en élevage porcin, lors d’une suspicion de peste porcine. L’objectif étant d’éviter tout épanchement de sang, hautement infectieux, au risque de propager le virus.

L’autopsie doit obligatoirement être réalisée à l’intérieur des locaux d’élevage (jamais dans les bâtiments ou couloirs), proche du lieu choisi pour la collecte des cadavres, et toujours en fin de visite. Si la désinfection de la zone n’est pas facilement réalisable, l’autopsie peut être pratiquée sur une bâche épaisse qui devra être éliminée en Dasri (déchets d’activités de soins à risque infectieux). L’euthanasie de l’animal doit toujours s’effectuer au niveau de la zone choisie pour l’autopsie, en évitant tout épanchement sanguin (pistolet d’abattage proscrit).

L’opérateur doit veiller à porter une tenue adaptée :

- survêtement à usage unique (casaque, surbottes) ;

- gants jetables ;

- port d’une charlotte et d’un masque de protection.

Sans oublier de nettoyer et désinfecter ses mains et ses bottes à la fin de l’examen. Les vêtements de travail doivent être laissés dans l’élevage.

A noter que le nombre de participants doit être réduit au minimum pendant la réalisation de l’autopsie.

La fin de l’autopsie est suivie d’une désinfection rigoureuse de la zone et du matériel utilisé (tracteur, chariot, etc.), à l'aide de :

- un désinfectant virucide (solutions d’hydroxyde de sodium à 2%, détergents, substituts de phénols, hypochlorite de sodium ou de calcium à 2 à 3% de chlore actif, ou composés iodés) ;

- ou via épandage de chaux vive (5kg/10m2) autour de la zone d’autopsie.

Le matériel d’autopsie sera traité avec un désinfectant virucide et laissé sur place. Le matériel à usage unique sera obligatoirement éliminé par la voie des Dasri.

Enfin, un prélèvement minimum de la rate, et si possible des amygdales et des nœuds lymphatiques doit être effectué, en prenant soin de suturer solidement le cadavre après le prélèvement. En attendant les instructions de la direction départementale de la protection des populations ​(DDPP) quant au devenir du cadavre, ce dernier doit être déposé à l’écart des animaux et recouvert de désinfectant.

Avant de partir de l’élevage, le vétérinaire doit veiller à désinfecter les roues de son véhicule, puis doit l’amener dans une station de lavage. Une période de 48 heures est à respecter avant toute nouvelle visite dans un élevage porcin.

Pour rappel, toute suspicion de peste porcine doit être déclarée auprès de la DDPP (danger sanitaire de catégorie 1). L’ensemble du matériel éliminé par la voie des Dasri sera géré en relation avec la DDPP.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK