Mobilisations associatives : contestation ou partenariat ?

Clothilde barde | 22.11.2018 à 09:49:32 |
Rencontres de santé publique vétérinaire du Val-de-Grâce organisées, le 14 novembre, par la Société vétérinaire pratique de France
© Clothilde barde

Le bien-être des animaux de rente était au cœur des rencontres de santé publique vétérinaire du Val-de-Grâce organisées, le 14 novembre, par la Société vétérinaire pratique de France. Au menu des discussions, l’impact des actions des associations de protection animale et leur rôle grandissant.

Depuis quelques années les revendications concernant le bien-être animal des animaux de rente (BEA) sont au cœur de l’actualité avec l’émergence ou la réémergence d’associations de protection qui mènent notamment des actions “chocs” à destination du public et des autorités. Souvent considérées comme des lanceurs d’alerte utiles, ces associations ont une influence sur les évolutions sociétales de la perception de l’importance du BEA et sur la mise à l’agenda de nouvelles réglementations. Leur rôle manifeste dans ces domaines a été abordé lors des 6e rencontres de santé publique vétérinaire du Val-de-Grâce organisées par la Société vétérinaire pratique de France (SVPF), le ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Clothilde barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK