Médicaments : anticiper les ruptures

Michaella Igoho-Moradel | 13.12.2018 à 15:22:50 |
Etagère de médicaments
© PeopleImages.com - #1595447 – istock

L’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV) a élaboré, avec les acteurs du marché, des bonnes pratiques pour la gestion de l’approvisionnement en produits et faire face au risque de pénurie. Objectif : prendre des dispositions le plus en amont possible.

En quelques années, les ruptures de stock de médicaments vétérinaires sont devenues de plus en plus fréquentes. Une problématique quotidienne à laquelle de nombreux vétérinaires sont confrontés. Dans une enquête publiée en septembre 2017 par La Semaine Vétérinaire, 91 % des praticiens interrogés déploraient en effet le manque de certains médicaments tels que des vaccins (majoritairement pour les volailles), des antibiotiques ou encore des antiparasitaires. Un phénomène qui pénalise tout aussi bien les vétérinaires que les laboratoires et les centrales d’achat. Lors de sa première journée d’échanges avec les parties prenantes, l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV), adossée à l’Agence ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK