Mc Donald’s s’engage dans la lutte contre l’antibiorésistance

Clothilde Barde | 07.01.2019 à 10:33:56 |
viande
© Fudio - iStock

Le 11 décembre dernier, l’entreprise McDonald’s a dévoilé un plan visant à réduire dans de nombreux pays l’usage des antibiotiques dans les élevages de bovins fournissant la viande de ses burgers.

Un plan d’action en trois étapes visant à une réduction de l’usage des antibiotiques dans les pays qui lui fournissent le plus de viande bovine. Tel est le programme qui a été annoncé le 11 décembre 2018 par le géant américain du fast-food  McDonald’s pour lutter contre leur utilisation abusive en élevage.
Une situation encore critique
En effet, à l’heure où s’intensifie la lutte contre les antibiorésistances à l’échelle mondiale, aux Etats-Unis l’usage des antibiotiques est encore massif en élevage de bovins. En effet, alors que dans l’Union Européenne l’utilisation d’antibiotiques comme facteur de croissance ou en prévention a été interdite depuis 2006, cette mesure n’a été prise par la Food and Drug administration (FDA) américaine que depuis le 1er janvier 2017. Cela a déjà permis de réduire la vente d’antibiotiques de 14% dans le pays, cependant, comme l’a indiqué la résolution appelant à une action coordonnée pour empêcher l’utilisation abusive de ces médicaments des Nations Unies en septembre 2016, la tendance doit être poursuivie, et ce d’autant plus pour les élevages bovins encore principaux consommateurs d’antibiotiques. Il en est de même dans de nombreux autres pays à travers le monde comme la France, même si l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a déjà  constaté une "baisse de l’exposition des animaux aux antibiotiques de 23,3 % pour les bovins de 2011 à 2017".
Un plan de lutte international
C’est pourquoi, dans ce contexte, l’entreprise de burgers américaine a décidé de lancer un programme de lutte contre l’usage des antibiotiques en élevages de bovins chez ses dix plus importants fournisseurs de viande, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne ou  la France. Un bilan de l’usage des antibiotiques dans ces pays doit tout d’abord être dressé puis les objectifs de réduction seront détaillés d’ici à la fin de 2020. Avec cette démarche, le groupe poursuit son action déjà menée pour la filière poulet de chair et il a dore et déjà annoncé qu’il en tirerait un bilan en 2022.

Clothilde Barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK