Lutte contre la cybercriminalité faunique

Céline Gaillard

| 28.10.2021 à 17:55:00 |
© tane-mahuta/iStock

De fortes mesures législatives accompagnées d’un engagement des secteurs privés ont un réel impact sur le trafic d’espèces menacées. C’est la conclusion de l’étude visant à suivre les ventes en ligne d’espèces sauvages, menée par l’IFAW pendant 5 ans.  

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) a mené pendant 5 ans un projet de surveillance des annonces en ligne, grâce à la collaboration d’un certain nombre de sites de e-commerce français. Depuis 2016, pas moins de 1875 petites annonces concernant 9 spécimens ou produits dérivés ont été identifiés. Elles concernaient par ordre d’importance l’ivoire (45 % d’entre elles), les félins (24 %), les gris du Gabon (12 %), les tortues d’Hermann (9%), les tortues grecques (4%), les tigres (3 %), les Aras Macao (2 %) et plus anecdotiquement les cornes de rhinocéros (5 annonces) et les Ara ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.

Céline Gaillard

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application