Les vétérinaires français du Québec en colère

Marine Neveux | 30.09.2016 à 11:16:19 |
Manifestation vétérinaire au Québec
© D.R.

Les confrères diplômés des écoles vétérinaires françaises et les Français en résidence à la faculté de médecine vétérinaire de l’université de Montréal ont manifesté « contre le corporatisme et le protectionnisme des ordres professionnels au Québec » le 25 septembre dernier.

Rendez-vous avait été fixé devant le consulat de France de Montréal pour la manifestation. Les raisons de la colère ? Le refus d’exercer au Québec alors que l’Accord de reconnaissance mutuelle des diplômes (ARM), qui avait été signé en 2008 entre Nicolas Sarkozy et Jean Charest, devait permettre de faciliter l’accès des vétérinaires. 

Notre confrère François Lubrina, conseiller consulaire à Montréal, reste particulièrement engagé sur ce dossier. Les diplômés des grandes écoles vétérinaires françaises ont manifesté devant le bureau du Premier ministre Philippe Couillard à Montréal « pour dénoncer l’inaction du gouvernement à appliquer l’entente intergouvernementale France-Québec du 17 octobre 2008 sur la reconnaissance mutuelle des diplômes et des qualifications professionnelles », explique le communiqué des diplômés des grandes écoles vétérinaires françaises. « Ce que l’on perçoit, c’est un gouvernement Couillard assujetti aux ordres professionnels, incapable d’honorer sa propre signature. On nous vend un pays ouvert professionnellement, mais la réalité est tout autre. Les diplômés français n’ont pas accès au marché québécois, malgré la signature de l’entente intergouvernementale en 2008 », déclare François Lubrina, porte-parole des diplômés. « En effet, en dépit de l’entente intergouvernementale, nombre de diplômés français résidant au Québec, ou souhaitant s’y installer, n’ont toujours pas obtenu le plein droit d’exercice de leur profession en raison du corporatisme de plusieurs ordres professionnels du Québec. Pourtant les besoins en médecine vétérinaire sont réels, surtout dans les régions éloignées des grands centres », poursuit le communiqué. « Les diplômés français se sont fait flouer par l’Ordre et le gouvernement du Québec. Il revient à M. Couillard d’exercer un véritable leadership et de s’assurer que l’entente d’octobre 2008 est appliquée. Il en va de la crédibilité du gouvernement du Québec sur la scène internationale », a conclu François Lubrina.

Photo : Partant du consulat de France, les vétérinaires français étaient accompagnés de nombreux animaux de compagnie, dont une chienne Labrador, Estrie, de la même portée que celle qui a été offerte au président de la République, Nicolas Sarkozy, au moment de la signature de l’entente.

Marine Neveux
1 commentaire
avatar
Thierry Peeters le 30-09-2016 à 20:51:33
Le corporatisme des ordres professionnels ....., il ne resterait plus qu'à supprimer les ordres professionnels où qu'ils soient, même chez nous. Ils ne sont que les reste d'un temps de corporatisme anti-libéral, organisations nées - chez nous - sous Laval en 1942 après leur conception idéologique en 1936 à l'instigation d'un prénommé Adolf. Il contiennent en eux tous les germes des abus anti-démocratiques ... que cet article révèle même dans des pays aussi idéalisé que le Québec.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK