Les vétérinaires, des vigipirates au cœur du dispositif anti-bioterrorisme

13.11.2013 à 06:00:00 |
©

Aujourd’hui, face à une opinion publique particulièrement sensibilisée aux questions de santé et perméable aux mouvements de psychose, le bioterrorisme est une menace contre laquelle tous les acteurs de la gestion du risque sont préparés. De multiples corps de métier sont concernés et la mobilisation de la profession vétérinaire dans son ensemble est à souligner. Évaluation des risques, surveillance épidémiologique accrue, coordination entre les différents intervenants et plans d’action sont les principaux axes de la prévention.

Le bioterrorisme se définit par la diffusion intentionnelle d’agents biologiques pathogènes à visée humaine, directement ou indirectement via les animaux, les végétaux et la chaîne alimentaire. L’objectif est de déstabiliser une société, une région ou un  pays, tant en termes de santé publique que de santé animale et de sécurité alimentaire, via les pertes économiques associées et la perturbation sociale potentiellement engendrée.   Les conséquences économiques des maladies animales sont multiples. Élevage, tourisme, industries agro-alimentaires ou embargos sur les exportations, les pertes se chiffrent en milliards de dollars. À titre d’exemple, en 2001, l’épizootie (non intentionnelle) de fièvre aphteuse au ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK