Les professionnels du chien et du chat demandent à poursuivre leurs activités

Anne-Claire Gagnon | 17.04.2020 à 11:43:57 |
chiots
© Bigandt_Photography - iStock

Les éleveurs rappellent que les ventes d’animaux de compagnie restent autorisées, ce qui nécessite que les vétérinaires vaccinent, identifient et certifient. Si le CNOV ne l’interdit pas dans le cadre de l’élevage, il invite les praticiens à réaliser ces actes en leur âme et conscience.

Aujourd’hui des chiots et des chatons de deux mois attendent, chez leurs éleveurs, travailleurs indépendants, une nouvelle famille. Or, si leur vente est toujours autorisée, le fait que l’identification et la vaccination ne sont pas considérées comme des actes vétérinaires essentiels* empêche au final les transactions, s’inquiète Anne-Marie Le Roueil, présidente du Syndicat  national des professionnels du chien et du chat (SNPCC). « Suite à notre demande de précision, le Conseil de l'Ordre des Vétérinaires indique que « la note des vétérinaires experts sur la vaccination vise les particuliers, détenteurs d’animaux (…) et que, concernant les éleveurs d’animaux de compagnie professionnels, la conduite ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Anne-Claire Gagnon
2 commentaires
avatar
FW dubitatif le 19-04-2020 à 12:28:29
Girouette girouette, le retour !
- mi-mars, consignes ordinales claires : "vous fermez, vous arrêtez les vaccins, identifications stérilisations etc mais vous continuez quand même à vous taper les urgences au risque de couler la boîte". Avec menaces écrites du CRO envers les dissidents.
- maintenant que ça grogne en face : "nous n'avons rien ordonné, chacun agit en son âme et conscience mais l'Ordre et la DGAL n'assumeront aucune responsabilité, adressez-vous directement aux méchants vétérinaires praticiens qui vous refusent les vaccins et identifications".
Et si, pour une fois, nos instances dirigeantes reportaient la responsabilité sur "au-dessus" au lieu de la reporter sur "en-dessous" ?
avatar
fragaur le 23-04-2020 à 16:18:20
bravo pour ce comentaire, je n'aurai pas mieux dit c'est excatement ce que nous sommes nombreux à penser !!!!
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK