Les lauréats du prix National de la Fondation du patrimoine pour l'agrobiodiversité animale

Marine Neveux | 01.03.2019 à 12:10:40 |
Marc Prikazsky, PDG de Ceva Santé Animale.
© Marine Neveux

Lors du Salon International de l'Agriculture de Paris, Ceva Santé Animale et la Fondation du patrimoine ont remis ce 28 février le « Prix National de la Fondation du patrimoine pour l'agrobiodiversité animale ».

Ce prix récompense deux éleveurs et une association pour leur engagement dans la préservation et la valorisation de races agricoles locales à faible effectif, représentatives d'un patrimoine génétique unique : 1er prix de 10 000 € pour le porc de Bayeux (Calvados), 2e prix de 6 000 € pour la chèvre des Pyrénées (Ariège), 3e prix de 4 000 € pour le lapin chèvre (Vendée)

C’est la 7e édition de ce prix, sous le haut patronage du Ministère de l'Agriculture, qui marque un engagement sur les territoires très fort. Depuis sa création, ce prix a permis de découvrir 200 initiatives et de récompenser 22 lauréats. Notre confrère Bernard Denis (ancien enseignant à l’école nationale vétérinaire de Nantes) est président du jury. Il est aussi président de la Société d’Ethnozootechnie. 
« Ceva se mobilise pour soutenir toutes les formes d'agriculture et ainsi participer à la préservation de l'agrobiodiversité. À ce titre, nous avons à cœur de soutenir des éleveurs qui se sont engagés dans des projets d'agriculture durable et de valorisation de la biodiversité animale. Cette année encore, la richesse des projets et la mobilisation des éleveurs permet de mettre en lumière des races locales exceptionnelles dont la sauvegarde contribue à préserver nos écosystèmes, nos territoires et notre patrimoine génétique », souligne notre confrère Marc Prikazsky, PDG de Ceva Santé Animale.

Les critères de sélection de ce prix sont une filière économique viable, une race à faible effectif et un lien avec un enjeu de territoire. Comme en témoignent les lauréats 2019, il existe un patrimoine génétique précieux à conserver. Ces initiatives permettent aussi aux citadins de découvrir le monde rural et les animaux. Les races primées présentent des atouts en termes de qualité (de lait, de viande, etc.), de résistance et de santé qui sont intéressants par exemple pour la sauvegarde de zones difficiles d’accès. Elles sont adaptées à leur territoire et permettent de le valoriser. Elles apportent de nouveaux choix en termes de qualité au consommateur.

Marine Neveux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK