Les éducateurs canins intéressés pour travailler en binôme avec les vétérinaires - Le Point Vétérinaire.fr

Les éducateurs canins intéressés pour travailler en binôme avec les vétérinaires

Ninon Tusseau et Nathalie Priymenko

| 02.04.2024 à 08:42:00 |
© Peter-verreussel-iStock

Un travail de thèse interroge les éducateurs canins sur leurs relations avec les vétérinaires. Ils souhaiteraient plus de collaboration et de reconnaissance.

La collaboration entre les éducateurs canins et les vétérinaires est un sujet encore peu étudié. Une enquête, diffusée entre septembre 2021 et novembre 2022 auprès d’éducateurs canins français dans le cadre d’une thèse*, a permis de collecter 231 réponses et d'évaluer le taux de collaboration des participants avec les vétérinaires à 64,5%. Cependant, ce concept de "collaboration" reste très subjectif, et il s’avère que les éducateurs questionnent surtout les vétérinaires à propos de la santé des chiens, de la présence et la nécessité (ou non) de médicaliser certains troubles du comportement. Par ailleurs, 94% des éducateurs canins qui ont déclaré collaborer avec un vétérinaire jugent cette entraide comme utile à nécessaire, surtout si le vétérinaire possède un diplôme en médecine du comportement, s’il est à l’écoute des problèmes posés par l’éducateur et s’ils ont l’occasion, vétérinaire et éducateur canin, d’organiser des sessions en commun avec les chiens.

Des difficultés de communication

Grâce à la distinction entre les éducateurs canins qui collaborent actuellement, ceux qui ne collaborent plus et ceux qui n’ont jamais collaboré, cette étude montre que plusieurs facteurs, socio-professionnels ou liés à la collaboration elle-même, influencent la mise en place et la durée de la collaboration. Ainsi, les régions d’exercice, l’expérience professionnelle, l’exercice d’une autre activité professionnelle ou encore le temps consacré à l’éducation canine montrent une influence significative sur cette collaboration, a contrario de l’âge, du sexe ou encore du parcours formatif des répondants. Les éducateurs canins qui ne collaborent pas avec un vétérinaire l’expliquent principalement à cause d’un manque d’occasion, mais citent aussi des difficultés dans la communication avec les vétérinaires, avec le regret d’un manque de reconnaissance des vétérinaires à l’égard de leur métier, voire l’existence de lacunes en éthologie et en médecine du comportement de certains vétérinaires. Dans ce groupe d’éducateurs canins, on note aussi une réticence significativement plus marquée quant à l’usage de médicalisation, par rapport au groupe qui collabore.

Unifier la formation en comportement des vétérinaires

De ces constats découlent de nombreuses pistes possibles pour améliorer cette relation éducateur canin/vétérinaire : tout d’abord, il serait nécessaire de clarifier la réglementation autour du métier d’éducateur afin d’encadrer les pratiques et les formations dans le but de crédibiliser la profession. De plus, il serait nécessaire d’unifier et de consolider la formation initiale des vétérinaires en éthologie, en éducation canine et en médecine du comportement. Enfin, dans cette enquête, les participants ont témoigné un fort intérêt pour la participation à des événements réunissant les deux professions, afin de faciliter le dialogue, la compréhension et l’échange de connaissances dans le but de créer une relation de confiance entre les deux parties. Les thèmes pour lesquels les éducateurs témoignent le plus d’intérêt concernent l’éthologie et les troubles du comportement, l’approche de l’animal couplée au medical-training et les modalités de médicalisation de certains troubles. Lors de ce travail de thèse vétérinaire, seule l’opinion des éducateurs canins a été sondée. Il serait donc intéressant qu’une étude similaire soit réalisée dans un deuxième temps en miroir auprès des vétérinaires afin de compléter ces observation

*Ninon Tusseau, Etude de la collaboration entre éducateurs canins et vétérinaires : enquête auprès d’éducateurs canins en France , Thèse vétérinaire. ENVT 2023

Ninon Tusseau et Nathalie Priymenko

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application