Les cas de salmonellose ne diminuent plus dans l'UE - Le Point Vétérinaire.fr

Les cas de salmonellose ne diminuent plus dans l'UE

Clothilde Barde | 28.12.2017 à 11:37:29 |
salmonella
© urfinguss

Le rapport annuel sur les zoonoses publié le 12 décembre dernier par l'EDSA et l'ECDC a souligné le fait que la tendance à la baisse des cas de salmonellose dans l'UE a atteint un palier depuis 2014.

Alors que l’on constate une augmentation de la prévalence des cas de salmonellose chez les poules pondeuses depuis 2014 (0,7 % à 1,21 %), les cas de Salmonella enteritidis contractés chez l’homme dans l'UE ont augmenté en parallèle de 3% selon le rapport établi par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). En 2016, 94.530 cas humains de salmonellose ont été déclarés dans l'UE.
Salmonella enteritidis est le sérotype de Salmonella responsable de la plupart des cas de salmonellose humaines et de foyers épidémiques de Salmonella d’origine alimentaire. Il représente ainsi actuellement 59 % des cas de salmonellose contractés dans l'UE et il est principalement associé à la consommation d'œufs, de produits à base d'oeufs et de viande de volaille.
La surveillance de l'UE et les mesures de contrôle chez les populations de volaille ont été mises en place en 2007. Dès lors une baisse constante du nombre de cas avait été constaté jusqu’en 2014.
« L'augmentation indiquée par nos données de surveillance est préoccupante et nous rappelle que nous devons rester vigilants », a déclaré Mike Catchpole, scientifique en chef à l'ECDC. « Malgré le haut degré de sensibilisation à ce problème et les programmes de contrôle nationaux mis en place pour lutter contre S. enteritidis, la poursuite des mesures de gestion du risque au niveau des États membres et de l'UE est nécessaire », a-t-il ajouté. Marta Hugas, scientifique en chef à l'EFSA, ajoute : « La diminution des cas de Salmonella a constitué une réussite pour le système de sécurité des aliments de l'UE au cours des 10 dernières années. Les récents foyers épidémiques de S. enteritidis ont contribué à modifier cette tendance chez l’homme et dans les populations de volaille. Il est crucial que les autorités compétentes dans les domaines de la santé publique et de la sécurité alimentaire procèdent à des enquêtes supplémentaires pour comprendre les raisons de cette augmentation. »
Ce rapport EFSA-ECDC sur les tendances et les sources des zoonoses est basé sur les données recueillies en 2016 auprès des 28 États membres de l'Union européenne. Neuf autres pays européens ont également notifié certains agents zoonotiques (la Norvège, l’Islande, la Suisse, le Liechtenstein, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, le Monténégro et l’ancienne République yougoslave de Macédoine).

Clothilde Barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application