Les activités vétérinaires toujours dynamiques

Clarisse Burger | 18.01.2018 à 15:29:10 |
Un vétérinaire avec une tablette
© Visivasnc – iStock

La profession devrait continuer à tirer parti d’une demande soutenue, en particulier dans le secteur canin urbain. Par ailleurs, une nouvelle offre de services 2.0 devrait aider les vétérinaires canins ruraux à répondre à une clientèle devenue plus technophile et exigeante, selon le rapport Astarès.

En France, le secteur vétérinaire bénéficie d’une demande dynamique depuis plus de dix ans. Mais tout le monde n’en profite pas de la même manière. L’activité canine en milieu urbain a été dopée par une demande soutenue de soins vétérinaires (pour la période de 2006 à 2016). Le nombre de praticiens pour animaux de compagnie a bondi de 20 % en cinq ans (soit 69 % des effectifs inscrits au tableau de l’Ordre), alors que celui des ruraux (23 % des inscrits à l’Ordre) a baissé de 3 %, compte tenu d’une demande très dépendante des pressions financières du monde agricole. 
Pour autant, la demande en santé animale devrait se maintenir, ces dix prochaines années, dans ce secteur d’activité en pleine mutation : les vétérinaires pourront s’appuyer sur de nouveaux outils digitaux (applications numériques pour les propriétaires, objets connectés, intelligence artificielle pour l’analyse de données, robots, etc.) pour exercer et innover en matière de services. « À l’instar de la médecine humaine, la médecine animale du futur sera, grâce à ces innovations et aux initiatives des vétérinaires, plus prédictive, préventive, personnalisée et participative » : c’est ce que souligne le dernier rapport du cabinet Astarès sur l’activité vétérinaire française, réalisé en 2017 à la demande du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires (CNOV) et du Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL).

L’exercice de demain
Dans les années à venir, l’exercice vétérinaire prendra sans aucun doute diverses formes. D’abord, la profession se féminise et les jeunes diplômés privilégient, s’ils le peuvent, l’équilibre vie professionnelle et vie privée (salariat, temps partiel, journées de travail allégées, exercice en ville, etc.). Ensuite, le développement des nouvelles technologies (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives, connues sous le sigle NBIC), dans tous les secteurs d’activité, continue à bouleverser les pratiques, les offres de services et la relation client.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 10-11 de La Semaine Vétérinaire n° 1747.

Clarisse Burger
3 commentaires
avatar
alan le 18-01-2018 à 19:32:23
La profession devrait continuer à tirer parti d’une demande soutenue, en particulier dans le secteur canin urbain. Le nombre de praticiens pour animaux de compagnie a bondi de 20 % en cinq ans (soit 69 % des effectifs inscrits au tableau de l’Ordre) !!! Je trouve cette analyse fumeuse car cela signifie surtout une baisse du chiffre d'affaire moyen par vétérinaire puisque le nombre d'animaux de compagnie ne progresse quasi pas sur la même période et que le taux de médicalisation de ces animaux reste bas. Je crois qu'on assiste plutôt à une accélération de la paupérisation de la profession vétérinaire dont on sait déjà qu'elle bonne dernière dans les comparatifs des rémunérations moyenne des praticiens libéraux (plus basse que les infirmiers libéraux). Je plains nos jeunes confrères.
avatar
Snow westcoast le 18-01-2018 à 22:23:17
Merci Alan pour votre commentaire !! Bien d'accord avec vous.
avatar
pvinot le 19-01-2018 à 07:32:39
Clientèle technophile , mais pas toujours prête à régler la facture, ce n'est pas comme les émissions de super véto à la télévision, à la fin de la consultation il faut bien passer par la case comptoir.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK