Le virus mutant du SARS-Cov-2 dans les élevages de visons fait réagir les scientifiques

Bénédicte Iturria | 12.11.2020 à 08:00:00 |
Vison
© BirdImages-Istock

L’annonce du Danemark de souhaiter procéder à l’abattage de près de 17 millions de visons d’élevage a suscité de vives inquiétudes dans les médias et renforcé le climat anxiogène actuel dû à la pandémie de Covid-19. La France, qui compte quatre élevages sur son territoire, a augmenté son niveau de vigilance.

Cette décision fait suite à une déclaration de l’Autorité danoise de contrôle des maladies infectieuses SSI confirmant que plusieurs virus mutants ont été isolés chez le vison et que sept d'entre eux présentent des mutations dans la protéine Spike, que le virus utilise pour pénétrer dans les cellules. Elle est importante pour la réponse immunitaire et une cible clé pour les vaccins. L'un de ces virus a quatre mutations dans sa protéine Spike. Celui-ci s'est avéré, lors de tests de laboratoire, plus faiblement inhibé par des anticorps de personnes ayant contracté la Covid-19. Mais le virus lui-même n'est pas plus ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Bénédicte Iturria
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application