Le téléphone portable, un matériel comme un autre à désinfecter en clinique

06.04.2021 à 15:14:00 |
© iStock-VioletaStoimenova

Une étude a montré que les appareils électroniques portables – tablettes, téléphones portables - utilisés par le personnel des structures vétérinaires pouvaient être porteurs de bactéries dont certaines résistantes aux antibiotiques. Les chercheurs rappellent l’importance de l’hygiène des ces appareils.

Les téléphones portables et les tablettes, utilisés par les vétérinaires praticiens, peuvent-ils être une source de contamination bactérienne pour les animaux ? Cette question a fait l’objet d’une récente publication dans le dernier numéro du Journal of Small Animal Practice (JSAP), par une équipe de chercheurs de l’école vétérinaire de Bristol (Royaume-Uni). Comme le soulignent les chercheurs, en médecine humaine, il y a de plus en plus de preuves montrant que ces appareils pourraient jouer un rôle comme réservoirs de bactéries à l’origine d’infections nosocomiales. A ce stade des recherches, il a été ainsi montré que ces appareils étaient porteurs de ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK