Le SNVECO réfléchit à l’évolution du modèle économique du vétérinaire en productions animales

Tanit Halfon | 16.06.2020 à 13:27:53 |
vétérinaire porc
© iStock-dusanpetkovic

Le syndicat national des vétérinaires conseils a annoncé le lancement d’Emeraude, un lieu d’échanges et de réflexions sur l’avenir du vétérinaire exerçant dans les filières organisées.

A l’occasion d’un colloque organisé par le syndicat national des vétérinaires conseils (SNVECO) en janvier dernier, avait été soulignée l’urgence de repenser le modèle économique du vétérinaire exerçant en productions animales. Le constat était simple : la vente des médicaments ne sera plus suffisante pour assurer le revenu des vétérinaires. De fait, il faudra trouver des nouvelles sources de revenus, ce qui passe très concrètement par la valorisation des conseils vétérinaires. Dans la continuité de ses réflexions, le SNVECO vient d’annoncer le lancement d’une plateforme d’échange et de réflexion « sur les enjeux liés au rôle et aux missions du vétérinaire ». Comme le ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Tanit Halfon
2 commentaires
avatar
nouxos le 16-06-2020 à 14:58:55
Aujourd’hui, les éleveurs (notamment ceux des filières hors sol) ont de moins en moins besoin des vétos alors qu’ils ont (et auront toujours) besoin des ordonnances obligatoires pour traiter leurs animaux.
Il faut donc changer le modèle économique en instaurant des honoraires obligatoires de diagnostic suivi de prescription (par exemple
cotation en fonction des médicaments prescrits) et envisager de mettre un terme à la vente des médicaments avec son corollaire de concurrence infernale fortement destructrice de valeur.
avatar
FW dubitatif le 20-06-2020 à 09:55:25
Il existe de nombreuses autres solutions : le prix imposé des médicaments, décidé par décret.
Il en est déjà ainsi pour les médicaments humains, le tabac, les livres, etc... ce qui évite les dérives de prix (vers le haut ou vers le bas) et permet à chacun de vivre correctement de ces ventes.
D'autre part, le rôle principal du vétérinaire est de soigner, et cela implique une action directe.
Le "conseil" ne peut pas se substituer à "l'acte" de l'Homme de l'Art, les techniciens expérimentés sont parfois aussi performants, sinon plus, que certains jeunes vétos d'autoroute... pour bien moins cher ! La concurrence est en effet assez rude...
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK