Le regroupement de plusieurs structures vétérinaires est avant tout un enjeu de survie économique

17.12.2009 à 10:00:00 |
©

La profession est à un tournant. Celui de la directive “services”, évidemment. L’entrée inévitable de chaînes de cliniques sur notre sol ou la création de chaînes bien françaises va modifier le marché.

Celui-ci devenant de plus en plus concurrentiel, les petites structures vont souffrir. D’où l’idée, la nécessité, de se regrouper, de s’associer, de créer des réseaux de compétences pour résister, mais aussi fournir un service meilleur, répondant aux exigences toujours croissantes des propriétaires. Au congrès de l’Afvac à Lille, le 28 novembre, Bruno Duhautois (N 88), qui a mis sur pied une structure de conseils en management, a dressé un bilan sévère, mais réaliste, de la situation, montrant à quel point il devient impératif de bouger. « Entre 1996 et 2009, le nombre de vétérinaires libéraux a augmenté de 48 %, ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application