Le prurit cervico-facial “idiopathique”, signe d’appel de mal-être

Propos recueillis par Valentine Chamard | 03.05.2018 à 14:19:41 |
Le prurit cervico-facial “idiopathique”, signe d’appel de mal-être
© Noëlle Cochet-Faivre

Et si des lésions dermatologiques traduisaient en réalité une maladie comportementale ?  C’est l’hypothèse vérifiée par une équipe de cliniciens, qui propose une nouvelle approche diagnostique et thérapeutique de ce qu’il convient dorénavant d’appeler dermatite ulcérative comportementale.

Une étude française1 associant médecine du comportement et dermatologie bat en brèche l’hypothèse selon laquelle le prurit cervico-facial puisse être idiopathique. Elle montre au contraire que ce symptôme traduit un comportement répétitif en lien avec des conditions de vie inadaptées. Entretien avec Noëlle Cochet-Faivre et Emmanuelle Titeux, coauteures de l’étude et chargées de consultations en dermatologie et en médecine du comportement au centre hospitalier universitaire vétérinaire d’Alfort (Chuva).

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Propos recueillis par Valentine Chamard
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK