Le partenariat européen pour les abeilles est lancé

Tanit Halfon | 21.05.2018 à 17:02:05 |
abeille
© Natali_Mis - iStock

) L’Efsa a annoncé le lancement des travaux du partenariat européen sur les abeilles, dont l’objectif principal est d'améliorer la collecte, la gestion et le partage des données en lien avec la santé des abeilles.

En 2017, à la suite du symposium européen co-organisé par l’autorité européenne de sécurité des aliments, l’Efsa (european food safety authority), sur la « Collecte et partage de données sur la santé des abeilles », il avait été convenu de mettre en place un nouveau groupe de discussion sur les abeilles, avec pour objectif d’élaborer un partenariat européen pour les abeilles, sous la forme d’une plate-forme gérée par les parties prenantes. L’idée étant de pouvoir disposer de données harmonisées, fiables, accessibles, en lien avec des conseils pour les apiculteurs.

Aujourd’hui, c’est chose faite.

L’Efsa a ainsi choisi 10 représentants des parties prenantes du secteur, issus d'associations d’apiculteurs, d'organisations de conservation, d'associations d’éleveurs, de l’industrie de la médecine vétérinaire et de la protection de plantes, d’évaluateurs de risque, de scientifiques et de vétérinaires.

Les principaux objectifs du groupe sont les suivants :

- dresser un inventaire des données disponibles sur la santé des abeilles mellifères, des bourdons et des abeilles solitaires ;

- identifier des moyens d'harmoniser la collecte et la gestion des données ;

- développer des outils pour évaluer la santé des abeilles, pour aider les apiculteurs, les agriculteurs et d’autres parties prenantes.

Lors de prochaine semaine européenne de l’abeille et de la pollinisation, qui aura lieu du 26 au 28 juin 2018, les membres du groupe présenteront les termes de référence du partenariat européen sur les abeilles.

Pour rappel, en 2014, un rapport de l’Efsa sur les travaux d’évaluation des risques pour les abeilles avait mis en évidence de nombreuses lacunes : insuffisance d’études prenant en compte la multiplicité des facteurs de stress chez les abeilles, ou encore manque de communication des travaux de recherche à l’origine de doublons. Dans ce rapport, l’Efsa recommandait la mise en place d’un réseau de parties prenantes, qui permettrait d’éviter « la duplication des travaux », qui identifierait  « les recherches à mener en priorité », qui conviendrait « de nouvelles méthodologies », et qui partageraient « les développements technologiques. » De plus, l’Efsa prônait également la construction d’une « banque de données centralisée et libre d’accès, qui recenserait les informations et les méthodes pouvant être utilisées pour évaluer les risques de facteurs de stress individuels et multiples. »

Pour plus d’informations, cliquez sur ce lien.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK