Le « micro-don biodiversité » d’Univet pour sauvegarder la faune sauvage - Le Point Vétérinaire.fr

Le « micro-don biodiversité » d’Univet pour sauvegarder la faune sauvage

Valentine Chamard | 19.05.2020 à 15:32:17 |
sauvegarde orang-outan
© KiltedArab – iStock

La pandémie de Covid-19 a mis au grand jour les conséquences des activités humaines destructrices de la Nature. Un fléau contre lequel les vétérinaires et leurs clients peuvent agir via des micro-dons aux associations de protection de la Nature.

« La pandémie de Covid-19 a fragilisé nombre d’associations de protection de la nature, notamment parce que ces acteurs sont habituellement financés par les parcs zoologiques qui ont dû fermer et se retrouvent eux-mêmes en difficulté financière. Les 6000 cabinets et cliniques vétérinaires de France, et leurs centaines de milliers de clients quotidiens, sont une autre source de générosité que nos associations espèrent voir jaillir », souligne les dirigeants du groupe Univet, qui ont mis en place en 2018 un fonds de dotation pour la nature.

Versement libre de 50 centimes lors du paiement par carte

Son fonctionnement repose sur le « micro-don biodiversité », déjà mis en place dans une cinquantaine de structures. En pratique, les cliniques qui souhaitent participer installent le logiciel Heoh sur leur terminal de paiement électronique, ce qui permet aux clients qui le souhaitent de faire un micro-don (50 centimes) au moment du paiement. « Le micro-don Heoh n’est pas intrusif pour le client, met en valeur l’engagement quotidien des équipes soignantes, est gratuit pour la clinique, simple et non chronophage », précise Univet.

Un potentiel de 12 millions d’euros par an

« La pandémie de Covid-19 est le résultat de comportements destructeurs de nature comme la déforestation massive, le braconnage, le commerce et la consommation d’espèces animales sauvages. Ces comportements ont finalement permis à certains virus de rencontrer certaines espèces animales sauvages. Une rencontre improbable qui a fini par donner naissance à un fléau de l’humanité », rappelle notre confrère Alain Moussu, responsable d’Univet Nature. Pendant le confinement, l’humanité a pu constater que la pollution recule, que les animaux retrouvent un peu d’espace et que d’autres modes de consommation sont possibles. Le micro-don biodiversité est l’un de ces modes de consommation nouveaux que nous souhaitons promouvoir parce qu’il promet à nos enfants un monde fascinant de beauté. Chaque année, une clinique peut collecter sans effort 2000 euros de micro-dons cumulés. Il y a 6000 cliniques en France. Ce qui donne la mesure de l’action qui est devant nous et que nous pouvons conduire ensemble ». Univet Nature soutient les associations Hutan, Soptom, Helpsimus, Cetamada, Yaboumba, Homme et environnement, Panthera, Regards d’ailleurs, Rimba, Adafam, Faune Alfort, LPO Paca.

Valentine Chamard
1 commentaire
avatar
Hafnaoui Chettah, Vétérinaire le 20-05-2020 à 15:52:10
bonne continuation
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application