Le Laos touché par la peste porcine africaine - Le Point Vétérinaire.fr

Le Laos touché par la peste porcine africaine

Tanit Halfon | 25.06.2019 à 10:27:22 |
cochon asie
© iStock-Jef Wodniack

Les autorités sanitaires laotiennes ont déclaré le 20 juin leur tout premier foyer de peste porcine africaine. Après le Vietnam et le Cambodge, le Laos est le troisième pays d’Asie du sud-est à être touché par la maladie.

La maladie continue son extension en Asie. Le 20 juin, le ministère de l’Agriculture et de la Forêt du Laos a notifié à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) la présence de 7 villages touchés par la peste porcine africaine dans la province de Salavane (district Toumlan). Le Laos est le 3ième pays d’Asie du sud-est à être touché après le Vietnam (février 2019) et le Cambodge (avril 2019).

En parallèle, le virus a été détecté sur un cochon retrouvé mort sur une plage à Taiwan (Erdan Island beach, Taiwan Province Kinmen County). Les analyses ont révélé 100% de similitudes avec des souches virales retrouvées en Chine.

La situation en Asie est particulièrement préoccupante. Depuis la 1ère déclaration d'un foyer de peste porcine africaine dans plusieurs élevages de la ville de Shenyang (province de Liaoning) en Chine, la maladie n’en finit plus de s’étendre. La Mongolie a été touchée dans son compartiment domestique en janvier 2019, suivie du Vietnam en février, du Cambodge en avril et plus récemment de la Corée du nord en mai. De plus, des denrées alimentaires contaminées en provenance d’Asie ont été signalées par plusieurs pays, à savoir l’Australie, le Japon, la Thaïlande, mais aussi à Taïwan. Côté faune sauvage, la Chine a annoncé avoir détecté un cas chez un sanglier en novembre 2018, dans la ville de Baishan (province de Jilin), à 30 kilomètres de la frontière avec la Corée du nord. Cette flambée de la maladie en Asie avait amené l’OIE et les autorités chinoises à acter en avril la création d’un groupe d’experts régional Asie « peste porcine africaine », sous l’égide du GF-TADs (plan-cadre mondial visant à prévenir, détecter et contrôler les maladies animales transfrontalières en facilitant la collaboration régionale et la mutualisation des efforts).

L’impact de la maladie est à replacer à l’échelle mondiale. Ainsi, dans son rapport sur les perspectives alimentaires, l’Organisation des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) avait estimé que la maladie « pourrait provoquer une baisse de 20% des stocks de porcs en Chine ».  Avec pour conséquences une hausse des importations de viande, et une baisse de celle des céréales fourragères et des oléagineux, notamment les graines de soja destinées à l’alimentation de porcs. Ce contexte semble favorable pour l’Europe, du fait de la baisse du prix de l’alimentation animale pour les porcs. Un contexte favorable aussi pour une autre filière, celle des poulets de chair.

Pour avoir plus d’informations sur la progression de la peste porcine africaine en Asie, cliquez sur ce lien

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application