Le G7 s’engage à favoriser l’approvisionnement de médicaments vétérinaires en Ukraine

Michaella Igoho-Moradel

| 30.06.2022 à 16:20:00 |
© shironosov-iStock

Dans une déclaration finale sur la sécurité alimentaire mondiale, les pays membres ont annoncé intensifier leurs efforts pour permettre aux agriculteurs ukrainiens de poursuivre leurs activités.

La guerre en Ukraine était au cœur des discussions du sommet du G7 (le groupe des sept) qui s’est tenu du 26 au 28 juin 2022 à Elmau (Allemagne). Ses pays membres ont réaffirmé leur volonté d’œuvrer « sans relâche pour renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale.»

Dans une déclaration finale sur la sécurité alimentaire mondiale, les pays du G7 ont une nouvelle fois appelé la Russie « à mettre un terme de toute urgence et sans condition à son blocage des ports ukrainiens de la mer Noire, à sa destruction des infrastructures portuaires et de transports essentiels, des silos à grain et des terminaux céréaliers, à son appropriation illégale de produits et de matériel agricoles en Ukraine, ainsi qu’à toutes les autres activités qui continuent d’entraver la production et l’exportation de denrées alimentaires par l’Ukraine. » Ils déplorent que cette situation aggrave considérablement la crise alimentaire : le conflit a perturbé la production, les chaînes d’approvisionnement et les échanges agricoles, provoquant une hausse sans précédent des prix des denrées alimentaires et des engrais dans le monde.

Permettre la libre circulation des produits agricoles

Face à ce constat, les pays membres du G7 se sont engagés à intensifier leurs efforts pour permettre à l’Ukraine de poursuivre sa production agricole dans la perspective de la prochaine période de récolte et à aider les agriculteurs ukrainiens à accéder aux intrants agricoles et aux médicaments vétérinaires essentiels. « Nous soutenons fermement l’Ukraine pour l'aider à reprendre ses exportations agricoles vers les marchés mondiaux, ainsi que les Nations Unies dans leurs efforts pour débloquer un couloir maritime sûr dans la mer Noire. En outre, nous intensifierons nos efforts pour mettre en place des itinéraires de substitution en nous appuyant sur les corridors de solidarité existants de l’UE. Avec les institutions et les partenaires concernés, nous coopérerons pour déterminer la provenance des importations céréalières afin d’identifier les produits ukrainiens saisis illégalement et de dissuader la Russie de poursuivre ses saisies illégales. Nous demandons instamment à la Russie de lever ses mesures qui empêchent les exportations de céréales et d’engrais russes. » Par ailleurs, ils ont précisé qu’ils veilleront à ce que les paquets de sanctions ne ciblent pas l’alimentation et permettent la libre circulation des produits agricoles, y compris ceux en provenance de la Russie, ainsi que l’acheminement de l’aide humanitaire.

Michaella Igoho-Moradel

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application