Le droit européen protège l’abattage rituel

Clothilde Barde | 22.09.2020 à 07:50:00 |
abattoir
© AndiGrieger

La Cour de justice européenne a rendu le 10 septembre dernier un avis défavorable au décret, pris en 2017 par la Région flamande et entré en vigueur en 2019, interdisant l’abattage d’animaux selon les rites traditionnels juif et musulman.

« Interdire l’abattage rituel d’animaux sans étourdissement préalable est contraire au droit de l’Union européenne », a estimé ce jeudi 10 septembre 2020 l’avocat général auprès de la Cour de justice de l’UE. Le droit européen prévoit en effet de déroger au principe du bien-être animal pour garantir la liberté des cultes. L’étourdissement imposé pour le bien-être animal A l’origine de l’affaire, le Consistoire central israélite de Belgique (CCIB), rejoint par d’autres organisations juives et musulmanes, avait contesté devant la justice la légalité d’un décret pris en 2017 par la Région flamande et entré en vigueur en 2019, ayant pour effet d’interdire ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Clothilde Barde
6 commentaires
avatar
Biscotte 1977 le 23-09-2020 à 06:29:07
C’est une honte, il est temps que le bien être animal passe devant le respect de certains dogmes obscurantistes. Espérons que cette réflexion soit menée en France.
avatar
FW dubitatif le 23-09-2020 à 07:25:27
Les aberrations juridiques... ce n'est ni la première ni la dernière que ce qui est autorisé par un texte est interdit par l'autre, et qu'un juge rend une décision qui va à l'encontre du bon sens.
Cela pourrait faire scandale si les médias s'en emparaient. Mais ils font plus de chiffre avec la 19ème COquilleVIDe.
Il est étonnant que la hiérarchie n'ait pas été inversée, le BEA me semblant prépondérant sur les rites traditionnels de certaines religions exotiques...
avatar
Anne Decuyper, Vétérinaire le 23-09-2020 à 08:48:25
inadmissible, on prêche le bien être animal partout, on met en prison pour des violences ou tortures sur animaux, mais on permet l'abattage "rituel" sans étourdissement !!! les religions ont été créées par l'homme , elles peuvent être modifiées ! la raison première pour laquelle ils demandaient que l'animal soir "conscient" au départ, était pour une raison de santé humaine !!!! pour éviter que les hommes ne mangent des animaux morts ou malades ... nous avons maintenant assez de garanties sanitaires pour pouvoir passer outre ces exigences barbares d'un autre temps !!! tuer, ok, il le faut et c'est la loi de la nature, mais il y a la manière , faire souffrir le moins possible !!! Etourdissement préalable obligatoire quelle que soit la raison invoquée , qu'ils fassent leur examen pour voir si l'animal est conscient "avant" , qu'ils étourdissent , PUIS qu'ils saignent !!! aucune dérogation à faire là dessus
avatar
Ken Ragon, Vétérinaire le 23-09-2020 à 11:03:26
Une Europe qui se permet de donner des leçons en matière de respect de l'Homme, c'est super. Si en plus elle pouvait avoir le même courage pour les respect des animaux, ce serait superbissime.
C'est bien la peine de faire tout un foin sur les chiens et chats abandonnés, en surnombre etc...
avatar
François Mestrallet, Vétérinaire le 23-09-2020 à 11:27:03
Admettons que la liberté de culte doive prévaloir sur les droits de l'animal.
Dans ce cas il est simple de maintenir l'interdiction d'abattage des animaux sans étourdissement préalable sur le sol Européen afin de le mettre en conformité avec la loi sur le bien-être animal en imposant que les animaux abattus rituellement proviennent de pays où l'abbattage rituel sans étourdissement est la règle.
Il y aura sans doute un surcoût pour les consommateurs concernés mais quand on veut bénéficier d'un avantage particulier dérogatoire du droit commun il est normal d'en assumer les contraintes.
avatar
maudgto le 24-09-2020 à 12:11:39
Bonjour,
Vous avez confondu le réquisitoire de l'avocat général (équivalent du procureur) avec la décision de la cour. La décision n'est pas encore prononcée.
Confraternellement
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK