Le concept "One Health" est la pierre angulaire des Oncoday's

Propos recueillis par Marine Neveux | 12.09.2018 à 10:27:59 |
Olivier Hermine et Valérie Freiche
© Marine Neveux

Les 28 et 29 septembre se tiendront les Oncoday’s à l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort. Cette rencontre de deux jours s’adresse aux vétérinaires, aux scientifiques et aux médecins et aborde pour la première fois la pathologie comparée en oncologie.

Rencontre avec Valérie Freiche (Praticien Hospitalier à l’ENVA) et Olivier Hermine (Directeur d’un laboratoire de recherche à l’Institut Imagine, Chef du Service d’hématologie de l’Hôpital Necker, Paris), à l’origine de ce projet.
Quelle est la genèse des Oncoday’s ? 

Ce nouveau congrès sur le site historique de l’école d’Alfort se veut avant tout fédérateur, d’abord au sein de la profession. Il a aussi pour objectifs d’établir des passerelles riches d’intérêt entre la médecine humaine et la médecine vétérinaire. La recherche bénéficie aux deux. La médecine vétérinaire a ses contraintes budgétaires, éthiques. Il existe des outils chez l’homme que l’on n’utilise jamais chez le chien. 
Cet évènement est en outre l’occasion de fêter les dix ans de mise sur la marché du Masivet® (Masitinib), premier inhibiteur de tyrosine kinase (ITK) en oncologie vétérinaire, par le Laboratoire AB Science qui est partenaire de cette réunion. Le développement d’un médicament chez l’homme nécessite une étude dans trois espèces, le modèle canin des mastocytomes s’est ainsi imposé comme un modèle spontané d’étude pertinent. L’adhésion au concept « One Health » a ainsi été la pierre angulaire de ces journées.

Pouvez-vous nous préciser votre sujet de recherche au sein de l’hôpital Necker ?
Nous travaillons sur le lymphome de bas grade félin, maladie émergente, comme modèle spontané d’ un processus lymphoprolifératif indolent qui est très rare chez l’homme, en collaboration avec des cliniciens de l'Hôpital Georges Pompidou (Pr Georgia Malamut). Notre approche est globale et inclut la caractérisation moléculaire de cette entité et le séquençage génomique du tissu tumoral ainsi qu' une meilleure caractérisation du génome du chat.
La souris est un bon modèle de recherche, mais le chien présente des maladies spontanées, alors qu’elles sont provoquées chez les rongeurs de laboratoire. L’animal de compagnie est un modèle de comparaison riche d’intérêt, car existe une proximité de vie entre le chat et l’homme, des conditions environnementales similaires, une communauté de microbiote. Notre projet de recherche collaboratif sur le lymphome va d’ailleurs comparer le microbiome au sein des villosités tumorales, et celui des selles (Pr Harry Sokol, Hôpital St Antoine, Paris). Ces données seront comparées à celles de chats présentant une maladie inflammatoire chronique du tube digestif et à celles de chats sains. 
Virus, microbiote et génomique sont nos trois axes de recherche après avoir validé récemment le modèle félin. L’étape ultime sera l’application thérapeutique. L’objectif est de développer à moyen terme un médicament en médecine humaine pour des maladies rares. 

A qui s’adresse ce congrès ?
Le congrès s’adresse à tous : vétérinaires, médecins, chercheurs, scientifiques. L’objectif est d’échanger et de sensibiliser les professionnels, avec l’idée de disposer d’une approche complémentaire à la clinique, d’inviter à la réflexion scientifique de la recherche, de faire naitre des projets. Nous allons montrer ce qu’il est possible de faire en oncologie, c’est une plateforme d’échanges. Ce type d’initiatives et de recherches est d’ailleurs déjà bien plus développé aux Etats-Unis. 

Comment sont structurées ces deux journées d’oncologie comparée ? 
Elles alterneront des sujets généraux et des sujets spécifiques. Diagnostic, bilan d’extension, modalités de prise en charge, thérapie ciblée, aspects nutritionnels, monographies : les interventions sous forme de binôme médecin-vétérinaire permettront de mettre en avant les passerelles entre ces deux univers de la connaissance médicale qui doivent être plus proches pour le bénéfice de tous.

Programme ici et inscriptions :  virginie.piquerel@vet-alfort.fr et valerie.freiche@vet-alfort.fr

Propos recueillis par Marine Neveux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK