Le collectif AnimalPolitique émet 30 propositions

Marine Neveux | 22.11.2016 à 16:36:41 |
Manifeste AnimalPolitique
© D.R.

Ces propositions visent à mettre l’animal au cœur des enjeux politiques : c’est l’engagement des 26 ONG qui se sont associées à cette démarche.

Alors que l’animal revient régulièrement sur le devant de la scène ces derniers mois, tant par sa proximité avec l’homme dans notre société moderne, que par les différents scandales soulevés, le collectif AnimalPolitique a pour souhait de porter la voix « de ceux qui ne peuvent s’exprimer et mettre la question animale au cœur des préoccupations politiques. Dans la perspective des prochaines échéances électorales, notre collectif a rédigé le manifeste AnimalPolitique ». L'objectif est donc de porter le débat auprès des candidats des élections présidentielles et législatives par la parution d'un manifeste. La période est en effet propice aux débats politiques alors que la primaire de droite vit son entre-deux-tours. Matthieu Ricard était notamment présent lors de la conférence de lancement de ce projet. 

30 propositions sont ainsi formulées sur six thématiques : les animaux d’élevage, d’expérimentation, de divertissement et de spectacle, de compagnie, de la faune sauvage ainsi que la place des animaux dans notre société.

Voici le détail de ce manifeste dévoilé ce mardi 22 novembre : 

Elevage
1. Favoriser le plein-air et interdire les cages ainsi que les conditions d’élevage incompatibles avec les besoins des animaux. 
2. Mettre fin aux pratiques d’élevage douloureuses (castration à vif, écornage, gavage…). 
3. Limiter la durée des transports d’animaux vivants et mettre un terme à leur exportation hors de l’Union européenne. 
4. Renforcer la protection des animaux à l’abattoir et rendre systématique l’étourdissement avant toute mise à mort. 
5. Faire évoluer les politiques alimentaires et agricoles par une meilleure prise en compte des animaux et de leur bien-être (étiquetage des modes d’élevage et d’abattage, alternatives végétales, ...), conditionner la signature de traités de libre- échange (TAFTA, CETA...) à l’adoption de clauses en faveur de la protection animale.

Expérimentation animale
6. Remplacer la terminologie de « méthode alternative » par celle de « méthode de remplacement » qui n’implique aucun animal, vivant ou tué à cette fin. 
7. Créer une autorité administrative indépendante dédiée au développement et à la promotion des méthodes de remplacement. 
8. Lancer un plan national des méthodes de remplacement. 
9. Mettre en place des comités d’éthique d’établissement véritablement indépendants. 
10. Instituer des sanctions pénales effectives et dissuasives. 

Divertissement et spectacle
11. Interdire la capture des animaux sauvages dans leur milieu naturel et leur importation sur le territoire à des fins de divertissement. 
12. Mettre un terme à la présence et à l’utilisation d’animaux sauvages et domestiques dans les établissements et spectacles itinérants ou fixes. 
13. Mettre fin dans les zoos et les delphinariums aux programmes d’échanges, d’élevage et de reproduction à des fins commerciales, de divertissement, de pédagogie ou d’études scientifiques. 
14. Abolir les corridas et les combats de coqs. 
15. Imposer un code de bonne conduite dans les eaux territoriales françaises pour mettre les cétacés libres à l’abri des perturbations induites par l’observation touristique.

Animaux de compagnie
16. Instaurer une véritable politique nationale de stérilisation et d’identification des animaux domestiques par des incitations fiscales et des campagnes d’information, en portant une attention particulière sur le cas spécifique des DROM (Départements et Régions d’Outre-Mer).
17. Interdire la cession d’animaux par les particuliers sur les sites marchands, d’annonces gratuites et les réseaux sociaux.
18. Faire de l’intérêt de l’animal une priorité dans les procédures de retrait et de saisie.
19. Interdire les euthanasies non justifiées médicalement.
20. Créer des services d’aide aux animaux appartenant à des personnes en situation de difficulté ponctuelle ou d’exclusion.

Faune sauvage
21. Reconnaître à tout animal sauvage le statut d’être vivant doué de sensibilité. 
22. Interdire les pratiques barbares, réprimer les pratiques sources de stress infligées aux animaux sauvages pour des buts autres que la protection ou la conservation. 
23. Réformer la chasse pour mieux protéger la faune sauvage et favoriser le retour naturel des grands prédateurs. 
24. Adopter des mesures contre l’insécurité liée à la chasse pour permettre la coexistence de toutes les activités de pleine nature. 
25. Mieux encadrer le commerce lié aux animaux sauvages protégés par les réglementations françaises et internationales.

Animal et Société
26. Réintégrer la notion de respect des animaux dans les programmes scolaires et former le personnel éducatif à cet enseignement. 
27. Rendre obligatoires des formations en éthologie et/ou sur la protection animale pour tous les professionnels en contact avec les animaux ou en charge de leur protection (éleveurs, forces de l’ordre, magistrats, etc.). 
28. Renforcer la protection des objecteurs de conscience et lanceurs d’alerte et permettre aux associations de se constituer partie civile pour toutes les infractions concernant les animaux. 
29. Instaurer un système de recueil de données chiffrées dans tous les domaines impliquant des animaux. 
30. Légitimer les politiques de protection animale en instituant un organe autonome dédié aux animaux et indépendant du ministère de l’Agriculture et donner une place significative aux associations compétentes dans les organes décisionnaires.

Notre consoeur et députée des Deux-Sèvres Geneviève Gaillard a également soutenu ce projet. 26 organisations se sont ainsi réunies autour de ce manifeste, dont deux présidées par des vétérinaires (nos confrères Natacha Harry pour la SPA et Jean-Pierre Kieffer pour l’OABA) : Alliance Anticorrida, Antidote Europe, ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages), Association Stéphane Lamart, C’est Assez !, CIWF France (Compassion In World Farming), CNSPA (Confédération Nationale des SPA de France – Défense de l’Animal), Code animal, CRAC Europe (Comité Radicalement Anti Corrida), FLAC (Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas), Fondation Assistance aux Animaux, LFDA (La Fondation Droit Animal, éthique et sciences), Fondation Brigitte Bardot, Fondation 30 millions d’amis, FUDA, IFAW France (Fonds international pour la protection des animaux), L214, OABA (Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs), One Voice, PETA France (People for the Ethical Treatment of Animals), Pro Anima, Sea Shepherd, SNDA (Société Nationale pour la Défense des Animaux), la SPA (la Société Protectrice des Animaux), 269 Life France, WELFARM. 

Marine Neveux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK