Le chien à trois pattes n’est plus une fatalité en cas d’amputation

Charlotte Devaux | 22.11.2018 à 10:40:24 |
Prothèse sur mesure d’un membre postérieur gauche utilisée quotidiennement dans le cadre d’une agénésie congénitale.
© CYNTHIA VOYARD

Si à l’étranger la pose de prothèses est monnaie courante, avec même des réalisations spectaculaires comme des prothèses de mandibule ou de nageoire de dauphin, en France, la pratique est encore peu connue. Notre confrère Artem Rogalev la développe pourtant depuis 8 ans au centre Alforme, dans le Val-de-Marne.

C’est au centre de rééducation Alforme, à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), que la première prothèse française a été posée au chien… d’un orthoprothésiste. Depuis, la pose de prothèses et d’orthèses se développe sur demande des clients ou des confrères. Pour le chien, Artem Rogalev, vétérinaire en charge des consultations du centre, propose des prothèses externes pour remplacer le membre en cas d’amputation. Ces prothèses ne sont pas fixées à l’os, comme cela se fait en humaine ou dans d’autre pays comme le Royaume-Uni, mais peuvent être articulées, par exemple pour se plier au niveau du tarse, si l’amputation a eu lieu à ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Charlotte Devaux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK