La valeur de la faune sauvage est-elle quantifiable ?

29.12.2011 à 06:00:00 |
©

Cette question, posée en introduction de l’intervention de Monique L’Hostis, enseignante à Oniris, lors du congrès de Lyon début décembre 2011, pose également la problématique de l’évolution de la faune sauvage et de sa place par rapport à l’homme.

Par définition, la faune sauvage, non captive, n’appartient à personne (res nullius). Quels sont les services rendus par celle-ci ? « Ces questions sont récentes dans notre société, sans doute à cause des menaces qui pèsent sur elle », développe Monique L’Hostis. L’origine du terme “écosystème”, utilisé aujourd’hui couramment dans les médias, est intéressante. Depuis le Néolithique, l’homme intervient dans le monde végétal et animal. Ce dernier a longtemps été utilisé sans que l’homme ne se pose de questions. Toutefois, à l’heure actuelle, « nous nous rendons compte que notre nature est épuisable. Quel pourcentage de la population en a conscience ? ». Combien de ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK