La surveillance des pestes porcines est mise à jour

Tanit Halfon | 11.01.2019 à 10:03:48 |
cochon
© CR

Deux instructions techniques rappellent les modalités de surveillance des pestes porcines dans la faune sauvage. Ils intègrent le plan de lutte contre la peste porcine africaine.

Fin décembre, deux instructions techniques relatives aux pestes porcines ont été publiées.

La première rappelle les niveaux de surveillance à appliquer suivant les départements, à savoir :

- un niveau de surveillance 2b pour les départements de Haute-Corse, de Corse-du-Sud, Mayotte et La Réunion, et la zone d’observation (ZO) des Ardennes, de la Meurthe-et-Moselle et de la Meuse ;

- un niveau de surveillance 3 pour la zone d’observation renforcée (ZOR) des départements de la Meurthe-et Moselle, des Ardennes et de la Meuse ;

- un niveau de surveillance 4 pour la zone géographique correspondant au cœur du massif forestier de l’ancienne zone infectée par la PPC du massif des Vosges du Nord, à cheval sur les départements du Bas-Rhin et de la Moselle ;

- un niveau de surveillance 2a pour les autres territoires en France métropolitaine ou dans les Drom-COM.

La deuxième décrit les principes de surveillance, et détaille les critères de suspicion, les prélèvements à effectuer ainsi que la gestion des carcasses de sangliers. De plus, les spécificités de la surveillance sont précisées pour chaque niveau de surveillance. Enfin, les modalités de prise en charge financière des frais de laboratoire sont également indiquées.

Pour rappel, il existe 4 niveaux de surveillance des pestes porcines dans la faune sauvage :

- le niveau 1 qui correspond aux zones indemnes et à faible risque d’émergence des pestes porcines ;

- le niveau 2 qui concerne les zones limitrophe et/ou jugées à proximité suffisante d’un foyer domestique ou sauvage avec risque d’extension géographique par diffusion de proche en porche et/ou par diffusion à moyenne-longue distance. Le niveau 2a correspond à un risque de diffusion à moyenne-longue distance, et le niveau 2b aux zones limitrophes d’une zone infectée ;

- le niveau 3 concerne une zone où un 1er cas de maladie est confirmé dans la faune sauvage ;

- le niveau 4 qui correspond à tout ou partie d’une zone historiquement infectée par la maladie et où la surveillance est maintenue en raison d’un niveau de risque de persistance du foyer non nul ou difficile à apprécier.

Pour consulter les instructions, cliquez sur les liens (1) et (2).

 

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK