La piroplasmose peut être transmise en 8 heures

Valentine Chamard | 19.07.2018 à 06:57:37 |
tique fixée à un chien
© nechaev-kon - iStock

Une étude démontre que la piroplasmose peut être transmise aux chiens en 8h seulement après la morsure de la tique.

Auparavant, nous pensions que 48 à 72 heures étaient nécessaires à la transmission de la piroplasmose après la fixation de la tique. Ceci est probablement le cas dans des conditions expérimentales. Cependant, notre étude a démontré que dans des situations similaires à « la vraie vie », la transmission peut se faire beaucoup plus rapidement » indique Marie Varloud, auteure principale d’une étude publiée dans Parasites & Vectors sur la transmission de la piroplasmose et responsable technique chez Ceva.  

Une transmission accélérée lors de deuxième morsure

L’étude mime le comportement naturel de la tique, notamment son détachement après un premier repas de sang sur son hôte (suite à un grattage de l’hôte ou le déplacement des tiques afin de se reproduire, par exemple). Pendant le temps nécessaire à une tique infectée pour trouver et se fixer sur un nouvel hôte, les stades infectants de Babesia peuvent de développer, ce qui explique cette transmission plus rapide lors d’une seconde morsure. « Notre étude reproduisait ce processus d’alimentation interrompu, en permettant aux tiques infectées de se nourrir sur des premiers hôtes pendant quelques jours, pour ensuite les détacher et les déplacer sur des chiens sains » explique Marie Varloud. Les résultats de l’étude ont montré que les chiens ont contracté la piroplasmose 8 heures seulement après la seconde fixation des tiques, soit six fois plus rapidement que le temps minimal que l’on croyait nécessaire pour la transmission jusque là.  « Ces nouvelles données sont extrêmement importantes, et montrent la nécessité de retirer les tiques le plus rapidement possible, avant qu’elles ne commencent à se nourrir» souligne Eve Pouzet, chef de gamme chez Ceva. « L’administration d’un antiparasitaire externe agissant par contact et doté d’un effet répulsif est également un bon moyen pour réduire ce risque de transmission ».

Valentine Chamard
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK