La peste porcine africaine régresse en République Tchèque

Tanit Halfon | 09.10.2017 à 13:06:44 |
sanglier
© alainolympus - iStock

La maladie touche uniquement la faune sauvage, et reste très localisée.

La 19 septembre 2017, la réunion du ScoPAFF (standing committee on plants, animals, food and feed, comité de réglementation de la Commission européenne), a fait le point sur la situation de la peste porcine africaine en République Tchèque. La maladie avait été détectée dans la faune sauvage au mois de juin 2017, dans le district de Zlin.

Au 18 septembre 2017, les analyses ont révélé 101 cas positifs sur les 201 sangliers trouvés morts et testés. Depuis le pic observé à la mi-juillet, l’incidence hebdomadaire est en cours de diminution.

En dehors de la zone infectée (zone à risque élevé), tous les sangliers chassés (plus de 4000) ont été testés négatifs.

Du côté des élevages porcins, aucun cas n’a pour l’instant été détecté.

A ce jour, l’évolution de la maladie semble positive : elle reste cantonnée à la zone initialement infectée sans diffuser dans le reste du pays, et concerne uniquement les sangliers.

Selon les autorités nationales, l’origine de l’infection serait due à de la nourriture contaminée (bacon crue).

Pour rappel, la peste porcine africaine évolue dans le nord-est de l’Europe depuis 2007, les déclarations majoritaires concernant les pays baltes, la Russie, la Pologne et l’Ukraine. Malgré cette répartition large, le virus se propage lentement (1 km par mois en Lituanie et en Pologne, et 2 km par moi en Estonie et Lettonie), avec une prévalence globale très faible chez les sangliers, oscillant entre 0,04% et 3%.

Fin juillet, un foyer de peste porcine africaine avait été découvert pour la première fois en Roumanie, chez des porcs appartenant à un particulier.  

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK