La maladie du dépérissement chronique des cervidés est détectée en Suède

Tanit Halfon | 02.04.2019 à 11:35:30 |
élan
© iStock-MEGiordano_Photography

Pour la première fois, un cas de maladie du dépérissement chronique des cervidés a été décelé chez un élan en Suède.

Le 27 mars dernier, les autorités sanitaires suédoises ont annoncé avoir détecté pour la première fois la maladie du dépérissement chronique des cervidés (CWD pour chronic wasting disease). L’animal touché, un élan de 16 ans, avait été euthanasié à la suite de l’observation de plusieurs signes cliniques compatibles avec la maladie, à savoir un amaigrissement, des mouvements titubants, un marcher en rond, et une potentielle cécité. Ce cas montre, en outre, des similarités avec des cas de CWD atypique observés en Norvège (animal âgé, tronc cérébral positif, ganglion lymphoïde négatif).

Pour rappel, la CWD a été détectée pour la première fois en Europe en avril 2016, chez un renne sauvage de Norvège. Il s’agissait également du premier signalement mondial pour cette espèce. D’autres cas ont par la suite été déclarés en Norvège : en 2016, trois chez des rennes sauvages et deux chez des orignaux ; en 2017, neuf chez des rennes sauvages, un chez les orignaux et un chez les cerfs communs. En mars 2018, c’est la Finlande qui annonçait un cas chez un élan de 15 ans mort naturellement, dans une zone située à plusieurs centaines de kilomètres des cas norvégiens.

Outre-Atlantique, la maladie circule en Amérique du nord depuis la fin des années 60. Elle a été détectée pour la première fois en 1967 au Etats-Unis, et en 1996 au Canada.

La CWD fait partie des encéphalopathies spongiformes transmissibles, comme l’ESB des bovins ou la tremblante des moutons. 

Pour plus d'informations, cliquez sur ce lien.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK