La FVE veut conserver l'arsenal thérapeutique vétérinaire

Michaella Igoho-Moradel

| 26.04.2022 à 17:08:00 |
© Istock - wanderluster

La FVE et Epruma invitent les pays de l'Union européenne à ne pas augmenter le nombre d'antibiotiques interdits en médecine vétérinaire.

La Fédération vétérinaire européenne ( FVE ) et de la Plateforme européenne pour l'utilisation responsable des médicaments chez les animaux ( Epruma ) avertit que l'interdiction de l'utilisation de la colistine en médecine vétérinaire affecterait le bien-être animal.

Ce communiqué commun, publié le 4 avril dernier, fait suite à la publication de la liste des antibiotiques réservés à l'homme dans l'Union européenne, qui ne comprend pas la colistine. Or, le règlement européen sur les médicaments vétérinaires permet aux États membres qui le souhaitent de restreindre ou interdire davantage l'utilisation de certains antibiotiques.

La colistine pourrait-elle être concernée par une telle mesure dans certains pays européens ? Cette année, dans une lettre envoyée à la Commission européenne, 150 professionnels de santé ont demandé à ce que la colistine soit réservée uniquement à la médecine humaine , interdisant ainsi son utilisation en médecine vétérinaire.

C’est dans ce contexte que la FVE et Epruma rappellent l’importance de la colistine pour prendre en charge des animaux. « Des antimicrobiens importants, tels que la colistine, sont nécessaires pour la santé animale afin de traiter les maladies et de protéger le bien-être des animaux », déclarent-ils.

Ils rappellent également que les ventes de colistine à usage vétérinaire sont en baisse et que la prévalence de la résistance chez les animaux reste faible. Dans le même temps, l'utilisation hospitalière de la colistine montre une augmentation importante de la résistance bactérienne. Pour la FVE et EPRUMA les preuves scientifiques actuelles ne permettent pas d'interdire l'utilisation de la colistine en médecine vétérinaire. D’ailleurs, les organisations européennes rappellent que l' Agence européenne des médicaments  considère que l'interdiction de l'usage vétérinaire de la colistine porterait atteinte au bien-être animal. 

Michaella Igoho-Moradel

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application