La commission mixte paritaire dit oui aux écoles vétérinaires privées - Le Point Vétérinaire.fr

La commission mixte paritaire dit oui aux écoles vétérinaires privées

Tanit Halfon | 12.11.2020 à 16:32:32 |
sénat
© iStock-MicroStockHub

L’article autorisant des établissements privés d’enseignement supérieur à former des vétérinaires, a été validé par la commission mixte paritaire. Si le texte doit encore repasser devant l’ensemble des parlementaires, il est très improbable qu’il soit soumis à modification.

Ni les courriers des syndicats, ni celui des étudiants vétérinaires, n’auront fait changer d’avis les parlementaires de la commission mixte paritaire. Réunis le 9 novembre en huit clos au Sénat, les 7 députés et 7 sénateurs ont finalement validé, en l’état, l’article 22bis qui permet la création d’écoles vétérinaires privées.

Il est écrit : « Les établissements d’enseignement supérieur privés à but non lucratif relevant de l’article L. 813-10 du présent code et reconnus d’intérêt général en application de l’article L. 732-1 du code de l’éducation, peuvent être agréés par le ministre chargé de l’agriculture, pour assurer une formation préparant au diplôme d’État de docteur vétérinaire ».

En outre, le texte liste plusieurs conditions à respecter pour ces établissements :

- le directeur de la formation vétérinaire doit être vétérinaire, tel que défini dans l’article L241-1 du code rural ;

- les établissements privés seront évalués dans les mêmes conditions que les écoles nationales vétérinaires ;

- en cas de non-respect du code de déontologie vétérinaire par les vétérinaires employés par l’établissement dans l’exercice de leurs fonctions au sein de l’établissement, le ministre chargé de l’agriculture peut suspendre ou retirer l’agrément.

L’article précise également que chaque école nationale vétérinaire doit disposer d’un centre hospitalier universitaire vétérinaire. Ceci dit, ce n’est pas si clair que cela devra également concerner le(s) futur(s) établissement(s) d’enseignement vétérinaire privé(s). De plus, il autorise les vétérinaires des écoles non ressortissants d’un Etat membre de l’Union européenne ou d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique ou de la Confédération suisse, à effectuer des actes de médecine et de chirurgie des animaux dans le cadre de leurs activités d’enseignement et de recherche.

A noter que les discussions en CMP ont abouti à la suppression des article 22 ter et quater qui visaient à interdire les animaux vivants à des fins d’enseignement.

Et après ?

Le texte doit maintenant repasser devant l’ensemble des parlementaires de l’Assemblée nationale d’une part, et du Sénat d’autre part. La date pour l’Assemblée nationale est fixée au 17 novembre. Celle au Sénat sera décidée prochainement. A ce stade, en théorie, il est encore possible de modifier le texte…mais rien n’est possible sans l’accord du gouvernement. L’article 45, alinéa 3 de la Constitution dit ainsi « qu’aucun amendement n’est recevable sauf accord du Gouvernement ».

Si les deux assemblées ont adopté le même texte, la loi sera transmise pour promulgation. Sinon, le gouvernement pourra soit laisser repartir le texte en navette réglementaire, soit engager une procédure pour laisser le dernier mot à l’Assemblée nationale.

Ceci dit, il est rare qu’un texte de loi soit fondamentalement modifié à ce stade.

Pour consulter le texte validé par la commission mixte paritaire, cliquez sur ce lien.

 

Tanit Halfon
4 commentaires
avatar
Eve Mourier, Vétérinaire le 12-11-2020 à 17:17:24
Bonjour, je suis praticienne et contre l'idée d'écoles vétérinaires privées. Il me semble que la profession y est globalement opposée mais que malgré tout le projet avance inexorablement. Les étudiants vétérinaires et les syndicats ont je crois déjà fait des démarches et courriers pour tenter de s'opposer à ce projet, et je les en remercie vivement. Une pétition a-t-elle aussi été mise en place, ou tout autre mouvement de lutte auquel il serait possible de se joindre, pour empêcher l'aboutissement de ce projet que, personnellement, je trouve glaçant ? Par avance merci pour vos retours. Bien confraternellement.
avatar
Tanit Halfon, Vétérinaire le 12-11-2020 à 18:02:12
Bonjour, à ma connaissance, il n'y a eu aucune pétition spontanée organisée par la profession. Il y a eu effectivement de vives réactions de la part des syndicats du monde vétérinaire, et aussi un courrier des étudiants des ENV (cf le fil des actualités). Mais à ce stade, cela semble difficile de changer les choses : comme indiqué dans l'article, le texte ne peut être modifié sans l'accord du gouvernement. Cela est peu probable car même s'il s'agit d'une initiative parlementaire, le projet a reçu l'appui du gouvernement, nous a indiqué la DGER (ministère de l'agriculture). Un article va être publié dans le prochain numéro de la SVT, détaillant tout cela. Si autres questions, n'hésitez pas. Bien cdt.
avatar
Diddy le 13-11-2020 à 11:12:39
Le nom des 7 députés et des 7 sénateurs?
avatar
Eve Mourier, Vétérinaire le 13-11-2020 à 21:21:31
Je vous remercie, Mme Halfon, pour votre réponse détaillée, ainsi que pour le travail d'information que vous faites à ce propos. La situation semble donc très avancée et le projet difficile à arrêter à ce stade, ce qui m'attriste profondément. Mais le nouvel article paru aujourd'hui dans votre journal montre que la profession se mobilise de plus belle. J'espère vivement que cette mobilisation des vétérinaires (voire de la société civile qui est souvent sensible à la cause de notre profession) va s'intensifier (via des pétitions voire une grève ?) pour stopper ce projet qui me semble bien nuisible à notre belle profession. Bien cdt.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application