La chèvre de Lorraine, premier Prix national pour l’agrobiodiversité animale 2020

Michaella Igoho-Moradel | 05.03.2020 à 14:20:20 |
Prix Agrobiodiversité
© Prix Agrobiodiversité

La 8ème édition du Prix national pour l’agrobiodiversité récompense deux éleveurs et une association pour leur engagement pour la sauvegarde et la valorisation de races agricoles françaises menacées de disparition.

Cette année, le Prix national de la Fondation du patrimoine et de Ceva santé Animale pour l’agrobiodiversité animale a récompensé Sarah Bernhard, éleveuse de chèvres de Lorraine (environ 700 têtes en France), dans le cadre du Salon international de l’agriculture à Paris. L’originalité de son projet a été reconnue avec une dotation de 10 000€. « L’éleveuse a eu l'idée de créer une gamme de cosmétiques à base de lait de chèvres : savons solides, baumes à lèvres, beurres corporels... »

D’autres initiatives ont également été récompensées. Le second prix a été remis à un collectif d'éleveuses de moutons Roussin de la Hague, Avranchin et Cotentin avec une dotation de 6 000 €. Elles souhaitent valoriser les toisons de ces races ovines normandes menacées. Un troisième prix a été remis à Achille de Sparre, éleveur de brebis solognotes et porcs Culs Noirs Limousin avec une dotation de 4000€. Depuis 2017, ce dernier propose la vente de produits de ces deux races (viande, charcuterie) et des prestations d'éco-pâturage accompagnées d'actions de communication pédagogiques. Son projet à court terme, le développement de la vente directe grâce à la création d'une boutique à la ferme. 

Le Prix national de l’agrobiodiversité animale a été crée en 2012 par  la Fondation du patrimoine et Ceva Santé Animale.  Il récompense des actions originales de préservation et de valorisation de races agricoles françaises à faible effectif. « Aujourd'hui, la biodiversité animale est absolument cruciale, notamment face aux changements climatiques auxquels nous devons faire face. Il est important de soutenir ces éleveurs qui, dans toutes les régions de France, s'engagent dans des projets d'agriculture durable et de valorisation de la biodiversité animale pour préserver nos écosystèmes, nos territoires et notre patrimoine génétique. L'une des plus grandes richesses de notre pays ! », explique le Dr Marc Prikazsky, PDG de Ceva Santé Animale.

Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK