La BVA demande l’insensibilisation des crustacés lors de leur mise à mort - Le Point Vétérinaire.fr

La BVA demande l’insensibilisation des crustacés lors de leur mise à mort

Bénédicte Iturria | 18.09.2020 à 10:00:00 |
Ecrevisses dans l'eau bouillante
© pashapixel-Istock

La British Veterinary Association (BVA) a publié le 24 août 2020 un nouveau document formulant 67 recommandations au gouvernement britannique pour l'amélioration du bien-être des animaux lors de l'abattage.

Cette publication devance le prochain examen de la réglementation sur le bien-être des animaux au moment de la mise à mort (England’s Welfare of Animals at the Time of Killing regulations - WATOK) par le ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA).
Le vice-président de la BVA, Simon Doherty, a présenté le travail de son association, fruit d’une longue collaboration avec la profession vétérinaire, des organisations de protection animale, des experts et des universitaires de premier plan : « les processus d'abattage doivent être conçus pour minimiser la douleur, la détresse, la peur et la souffrance, et ce document examine toutes les façons dont nous, vétérinaires, pouvons travailler avec l'industrie et les éleveurs pour améliorer la législation déjà en place ». 
Fait innovant, ce rapport examine les besoins spécifiques d’un plus large éventail d'espèces. Pour la première fois, les recommandations de la BVA incluent les poissons, les décapodes (crevettes, homards et crabes) et les céphalopodes (calamars et poulpes). Afin d'améliorer le bien-être des poissons d'élevage, la BVA déclare que le gouvernement britannique devra inclure l'étourdissement efficace et respectueux des poissons dans la réglementation WATOK. À l'heure actuelle les décapodes et les céphalopodes ne sont inclus ni dans le règlement CE 1099/2009 ni dans la règlementation britannique sur le bien-être des animaux au moment de la mise à mort. Il est donc légal d'abattre ces êtres sentients avec des méthodes susceptibles de provoquer douleur et souffrance (homards jetés vivants dans l’eau bouillante, démembrés et découpés vivants…). La BVA recommande donc davantage de recherches pour développer des méthodes d'insensibilisation efficientes et respectueuses. L’étourdissement électrique des décapodes peut par exemple représenter une option. Une fois que des méthodes auront été adaptées et seront commercialement viables, elles devront être incluses dans les mesures de protection WATOK. La BVA demande la même démarche pour les poissons sauvages.
En 2018 la Suisse a interdit la mise à mort des homards non étourdis. Idem en Norvège, Nouvelle-Zélande, Autriche et certaines parties de l'Australie. Des grands chefs utilisent déjà depuis quelques années un appareil électrique pour insensibiliser les crustacés. En plus d’une mise à mort moins cruelle cet appareil améliore selon eux « le goût du produit car les animaux stressés libèrent des hormones qui altèrent la qualité de la chair ». Il coûte cependant environ 3200 livres. 

 

Bénédicte Iturria
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application