La Belgique déclare trois nouveaux cas de peste porcine africaine

Tanit Halfon | 19.09.2018 à 15:01:36 |
sanglier
© Neil_Burton - iStock

Le 15 septembre, la Belgique a confirmé la présence de trois nouveaux cas sur des sangliers trouvés dans la même commune que les deux premiers cas détectés.

La Belgique est de nouveau touchée par la peste porcine africaine. Le 15 septembre, elle a confirmé trois nouveaux cas sur des sangliers trouvés dans la commune d’Etalle, s’ajoutant aux deux autres cas du 13 septembre. Ces nouveaux cas ont amené les autorités sanitaires belges à interdire de circuler depuis ce lundi dans une zone forestière de 63 000 hectares, pour une durée minimum de un mois. Cette décision complète les interdictions de chasse et de nourrissage déjà prises, ainsi que les mesures de biosécurité et de confinement à mettre en oeuvre dans les élevages porcins de la zone concernée. A noter que cette dernière comprend 14 communes situées au sud de la province du Luxembourg, et s’étend jusqu’à la frontière française.

Au micro de la RTBF, le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin, soulignait que d’autres cadavres de sangliers étaient en cours d’analyse : « on va arriver à des dizaines, voire 400 sangliers selon ce que les experts nous annoncent. »

En France, suite à l’annonce des deux premiers cas, le ministre en charge de l’Agriculture, Stéphane Travert, avait demandé « une mobilisation collective, notamment des éleveurs chasseurs », afin d’éviter l’introduction ou la propagation de la maladie, via la mise en place d’un plan d’action renforcé dans les Ardennes, de la Meuse, de la Moselle et de la Meurthe et Moselle. Ces départements sont passés ainsi en niveau de surveillance 2b du fait de leur proximité géographique avec la zone infectée. En pratique, cette zone fait désormais l’objet d’un renforcement de l’observation terrain des cadavres de sangliers, via les fédérations de pêcheurs (pour les cadavres proches des points d’eau), les forestiers et les associations de protection de la nature. La collecte des cadavres est également accentuée. Une zone d’observation renforcée a été également délimitée dans les 133 communes les plus proches des cas de Belgique, dans laquelle les activités de chasse aux grands gibiers sont interdites afin d’éviter tout dispersion de sangliers. Un renforcement de la biosécurité dans les élevages sera également mis en oeuvre, via la diffusion d’un document listant les mesures à appliquer.

Les autorités sanitaires françaises avaient déjà pris les devants en lançant dès ce printemps une campagne de sensibilisation à l’intention des voyageurs et des chauffeurs routiers en provenance des pays infectés. De plus, fin juillet, une instruction technique de la Direction générale de l’alimentation faisait le point sur les modalités de dépistage de la maladie, indiquant la constitution d’un réseau de laboratoires agréés (analyses RT-PCR et ELISA). Ce dernier devrait voir le jour en octobre.

Pour rappel, la peste porcine africaine circule en Europe de l’est depuis 2007. Entre 2014 et 2017, 9 259 foyers et cas avaient été déclarés dans dix pays, à savoir en Fédération de Russie, en Pologne, en Ukraine, en Biélorussie, en Moldavie, dans les trois pays Baltes, en Roumanie et en République Tchèque. En 2018, la maladie avait été signalée pour la première fois en Hongrie (avril) et en Bulgarie (août). De plus, plusieurs foyers avaient été déclarés par les autorités sanitaires chinoises depuis le début du mois d’août, le dernier datant du 05 septembre.

L’Asie est également touchée avec 21 foyers enregistrés en Chine au 17 septembre, situés dans sept provinces de l’est du pays. 

Pour plus d'informations sur le plan de lutte renforcé, cliquez sur ce lien.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK