L’outil CAP’2ER est élargi à de nouvelles filières d’élevage - Le Point Vétérinaire.fr

L’outil CAP’2ER est élargi à de nouvelles filières d’élevage

Tanit Halfon

| 31.10.2023 à 16:19:00 |
© iStock-MarcoSanasi

Les filières aviaires, porcines et équines sont concernées. Une première phase de mise en route est prévue d’ici la fin de l’année.

Dans le cadre de la transition bas carbone de l’agriculture, a été lancé le développement de l’outil CAP’2ER, pour Calcul automatisé des performances environnementales pour des exploitations responsables. Le principe : une analyse du cycle de vie, qui permet d’évaluer l’empreinte carbone de son exploitation. Outre les émissions de gaz à effet de serre (GES), d’autres indicateurs environnementaux sont pris en compte (qualité de l’eau – azote, phytos, et de l’air – ammoniac ; ressources fossiles utilisées). Cet outil a été initialement conçu et déployé en filières bovines et petits ruminants, ainsi que pour le secteur des grandes cultures. Par la suite, un travail d’adaptation a été initié dans d’autres filières d’élevage, porcines, aviaires et équines. La mise en service est imminente, avec une première phase de mise en route qui est prévue d’ici décembre 2023 ; puis une deuxième courant 2024.

Pour rappel, cet outil propose deux niveaux d’évaluation. Le premier permet de réaliser son propre autodiagnostic en moins d’une heure en renseignant une vingtaine de données. Ce niveau 1 est disponible gratuitement, et vise avant tout à sensibiliser les éleveurs. Le deuxième propose une évaluation plus précise, en analysant une centaine de données ; ce qui permet aussi de générer un plan d’actions pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, tout en assurant la pérennité économique de son élevage. Pour ce niveau 2, l’objectif est d’agir ; dans cette optique, il est déployé dans le cadre d’un accompagnement par un prestataire de l’élevage. A noter que l’outil évalue aussi les contributions positives de son élevage (maintien de la biodiversité, stockage de carbone, performance nourricière, conditions de travail et performances économiques).

Pour les filières aviaires, l’ITAVI vient de mettre en ligne des premières fiches de communication à ce sujet.

Tanit Halfon

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application