L’ostéopathie en Belgique

Propos recueillis par Marine Neveux | 05.05.2017 à 11:28:35 |
Ostéopathie sur un cheval
© Jan-Otto - iStock

Notre consoeur Séverine Bernier, de l’European Veterinary Society for Osteopathy, livre son éclairage sur l’ostéopathie en Belgique.

L'ostéopathie animalière vient d'être clarifiée en France par deux décrets et un arrêté. L'occasion de faire un tour d'horizon de la situation dans les différents pays européens, comment est organisée cette activité en Belgique ?

La pratique de l'ostéopathie animale, en Belgique, relève de l'art vétérinaire. Tout traitement quel qu'il soit doit être précédé d'un diagnostic. Pour le réaliser, il faut des connaissances médicales générales. A l'heure actuelle, seules les études de médecine vétérinaire permettent de les acquérir. Voici un exemple  fréquemment rencontré en consultation ostéopathique : un chien venant pour douleur cervicale. La première question à se poser est : « Est-ce que je peux le manipuler ? » Pour répondre à cette question, je dois exclure les pathologies qui ne sont pas du ressort de l'ostéopathie (hernie discale, méningite, tumeur méningée, fracture cervicale, wobbler, etc.). 
Je suis donc amenée à effectuer un examen général de l'animal comprenant de tests neurologiques ou orthopédiques uniquement pour savoir si je peux ou non le manipuler. C'est à l'issue de cet examen uniquement que je peux établir mon diagnostic, excluant les pathologies lésionnelles, et décider d'appliquer un traitement ostéopathique. 

La plupart des formations d'ostéopathes animaliers à l'heure actuelle proposent des formations, certes réparties sur plusieurs années, mais comprenant entre 160 et 850 h de cours, dans le meilleur des cas. Pensez-vous que ce type de formation puisse garantir l'acquisition des connaissances suffisantes pour réaliser ces examens et poser un diagnostic correct ? Comparé à 11.000 heures pour les vétérinaires ostéopathes, personnellement j'ai un doute. 
Parce que la réalité est là, ces heures de cours sont très largement insuffisantes pour pouvoir établir un diagnostic ! Mais le fait qu'elles soient dispensées sur trois ou cinq années donne la fausse impression d'une solide formation professionnelle qualifiante... alors que si l’on ramène ce temps d'étude en formation temps plein (8h/j, 5j/semaine), cela correspond à un à six mois de formation. Quant à la qualité des cours dispensés, on ne va même pas en parler ! 

A lire l’intégralité de l’interview dans La Semaine Vétérinaire n°1718 du 5 mai 2017 en pages 10 et 11

Propos recueillis par Marine Neveux
1 commentaire
avatar
Jengo le 09-05-2017 à 07:35:50
Mais rien n'empêche de collaborer...un vétérinaire peut poser le diagnostique et un ostéopathe pour animaux manipuler.
Il ne faut pas limiter l'ostéopathie uniquement aux techniques structurelles. L'ostéopathe peut travailler de plusieurs manières différentes et douces à la fois.
L'ostéopathie va aussi permettre de réduire les tensions qui on fait qu'une hernie discale se mette en place par exemple.
Mais il est aussi évident que dans d'autres cas, seul la médecine vétérinaire peut venir à bout de certaines pathologies!
C'est une question de bon sens et que chacun et chacune connaisse les limites de sa pratique!
Il faudrait surtout se battre pour que les formation en ostéopathie pour animaux comportent tout le nécessaire à la formation d'un bon praticien, ça serait plus constructif me semble-t-il!
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK