L'Ordre prend position sur les pratiques médicales non conventionnelles

Tanit Halfon

| 22.10.2021 à 12:09:00 |
© iStock-humonia

Dans un communiqué, il indique qu'en l'état actuel des connaissances, ces pratiques ne peuvent prétendre qu'au seul effet contextuel. La physiothérapie et la rééducation fonctionnelle vétérinaires, la phytothérapie vétérinaire, et l'ostéopathie animale, sont exclues des pratiques non conventionnelles.

Quelques mois après l'avis de l'Académie vétérinaire de France sur l'homéopathie vétérinaire, le Conseil national de l'Ordre des vétérinaires (CNOV) a publié un communiqué sur les pratiques médicales non conventionnelles ou non reconnues. La physiothérapie et la rééducation fonctionnelle vétérinaires, la phytothérapie vétérinaire, et l'ostéopathie animale, ne sont pas considérées comme des pratiques non conventionnelles.

Pour le CNOV, " en l'absence de bases scientifiques validées, toute pratique non conventionnelle ou non reconnue ne peut prétendre qu'au seul effet contextuel comme bénéfice pour l'animal ". De fait, il souligne que les vétérinaires qui font le choix de ces pratiques pour soigner un animal, doivent être conscient qu'ils sont exposés à un " engagement accru de leurs responsabilités déontologiques mais aussi civiles voire pénales. " " Cette responsabilité est d'autant plus engagée que la démarche clinique ne se fonde que sur ce seul moyen et qu'il peut induire une perte de chance pour l'animal que la médecine fondée sur les faits et les preuves aurait pu réduire ou supprimer. Le diagnostic vétérinaire ne peut qu'être établi sur des bases scientifiques, la médecine vétérinaire étant basée sur la science ", dit le communiqué. De plus, " si une pratique non conventionnelle ou non reconnue est choisie, le client doit être informé qu'en l'état actuel des connaissances l'efficacité du traitement relève au mieux d'un effet contextuel ", est-il aussi écrit.

Des conséquences pour les formations

Partant de ce principe, le CNOV appelle les organismes de formation continue à exclure les formations consacrées à ces pratiques, au risque de perdre leur agrément au titre de leur organisme de formation au profit d'un agrément avec attribution d'ECTS formation par formation.

Enfin, le CNOV souligne aussi que certaines appelations doivent être désormais bannies des documents professionnels et des conditions générales de fonctionnement des établissements de soins vétérinaires. C'est le cas par exemple de " vétérinaire homéopathe ", " vétérinaire naturopathe " ou encore de l'appelation " exercice exclusif en homéopathie " ou " exercice exclusif en naturopathie ".

Le communiqué précise bien que cet avis concerne aussi bien les vétérinaires inscrits à l'Ordre que les non-inscrits qui mettraient en oeuvre ces pratiques hors radar. De plus, " cet avis vise également les personnes non titulaires du titre de docteur vétérinaire qui revendiqueraient exercer de telles pratiques non conventionnelles ou non reconnues, sur la base d'un diagnostic établi par elles-mêmes en situation d'exercice illégal de la médecine vétérinaire ou en se prévalant d'une prescription établie par un vétérinaire. "

Ce communiqué va dans le sens de l'avis de l'Académie vétérinaire sur l'homéopathie.

Tanit Halfon

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application